• Bangladesh: vingt civils tués dans la prise d'otages, selon l'armée

     

    media Des forces de l'ordre de différentes unités à l'issue de la prise d'otages survenue dans un restaurant de Dacca, au Bangladesh, le 2 juillet 2016. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

     

    Des hommes armés ont fait irruption vendredi soir 1er juillet dans un restaurant du quartier diplomatique de Dacca, la capitale du Bangladesh, et ont alors entamé une prise d'otages qui a duré plus de dix heures. L'attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique. Après une nuit de confusion, ponctuées d'explosions et de fusillades, les unités spéciales ont lancé un assaut et mis un terme à l'opération terroriste. Selon un dernier bilan, le nombre de victimes civiles s'élève à vingt morts dont neuf Italiens, un autre Italien porté disparu, et sept ressortissants japonais. Au moins 13 otages ont été évacués sains et saufs du restaurant. Six assaillants ont été éliminés.

     

    Des commandos lourdement armés de soldats de l'armée de terre et de la marine sont arrivés dans la zone autour du restaurant Holey Artisan Bakery à Dacca au lever du jour. Ils ont lancé un assaut à 7h40 heure locale, plus de dix heures après le début de la prise d'otages.

    Vingt civils, majoritairement des Italiens et des Japonais, ont trouvé la mort dans l'attaque, selon l'armée bangladaise, qui a précisé que la plupart ont été tuées à l'arme blanche. Le ministre italien des Affaires étrangères a précisé ce samedi après-midi que neuf Italiens figurent parmi les victimes, quatre hommes et cinq femmes. Un autre ressortissant italien est porté disparu. Il était présent dans le restaurant au moment de l'attaque mais n'a pas été identifié parmi les vingt victimes. De son côté, le gouvernement japonais a confirmé le décès de sept ressortissants.

    L'armée confirme par ailleurs que treize personnes ont été libérées saines et sauves. Deux Sri-Lankais et un Japonais figurent parmi ces otages libérés. L'ambassade de France à Dacca a confirmé à notre correspondant dans la région Antoine Guinard, qu'aucun Français ne comptait parmi les otages.

    La Première ministre du Bangladesh, Sheikh Hasina, s'est exprimé à la télévision. Elle a précisé qu'un septième assaillant avait été capturé vivant et a martelé : le Bangladesh est « déterminé à éradiquer le terrorisme ». Sheikh Hasina, qui a qualifié cet attentat d'acte haineux, a également exhorté ses concitoyens à rejeter le terrorisme.

    Les membres du bataillon d'intervention rapide à l'extérieur du Holey Artisan Bakery à Dacca, dans la nuit du 1er au 2 juillet 2016. REUTERS/REUTERS TV

    Selon l'Agence France-Presse, qui cite des sources policières et des témoins, huit ou neuf individus armés ont attaqué l'établissement situé dans le quartier chic de Gulshan et fréquenté par des étrangers, vendredi aux alentours de 21h heure locale (15h TU). Les assaillants ont fait irruption et ont ouvert le feu, en criant « Allah Akbar », d'après les mêmes sources citées par l'AFP. 

    L'EI revendique

    L'organisation Etat islamique a revendiqué cette attaque par l'intermédiaire de l'agence Amaq, annonçant un bilan de « plus de 20 morts ». « Des commandos de l'Etat islamique attaquent un restaurant fréquenté par des étrangers dans la ville de Dacca, au Bangladesh », a affirmé un communiqué relayé ici par Rita Katz, la directrice de l'agence de surveillance américaine SITE sur Twitter.

    ' Amqa claimed that "commandos attack a restaurant frequented by foreigners in "

     

    Deux policiers tués

    Le chef du bataillon d'intervention rapide Benazir Ahmed s'adressant aux médias, dans la nuit de vendredi à samedi. ATN News/via REUTERS TV

    Samedi, peu avant l'assaut des forces de sécurité, l'ambassadeur italien à Dacca, Mario Palma, a déclaré à la télévision italienne qu'il « il n'y a pas de volonté de négocier » chez les assaillants. « C'est une mission suicide », a-t-il ajouté.

    La fusillade a éclaté tout près du Nordic Club, un lieu très fréquenté par les expatriés des pays nordiques, ainsi que de l'ambassade du Qatar.

    J'ai entendu dire, mais cela n'est pas confirmé, qu'une partie des terroristes seraient en fuite. C'est la raison pour laquelle le quartier, en ce moment, reste bouclé.
    Nayma Qayum Journaliste en poste à Dacca, habitante du quartier 02/07/2016 - par RFI Écouter

    Le Bangladesh connaît une vague de meurtres de défenseurs de la laïcité, d'intellectuels et de membres de minorités religieuses. Des crimes imputés à des groupes jihadistes. En trois ans, une cinquantaine de personnes ont été tuées dans ces violences.

    J'ai entendu dire, mais cela n'est pas confirmé, qu'une partie des terroristes seraient en fuite. C'est la raison pour laquelle le quartier, en ce moment, reste bouclé.

    Nayma Qayum Journaliste en poste à Dacca, habitante du quartier 02/07/2016 - par RFI  ÉCOUTEZ 

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :