• Allergie aux pollens: risque "élevé à très élevé" dans le nord-est de la France

    Allergie aux pollens: risque "élevé à très élevé" dans le nord-est de la France

    Publié le :

    Lundi 18 Avril 2016 - 11:20

    Dernière mise à jour :   Lien

    Lundi 18 Avril 2016 - 11:40
    Du 15 au 22 avril, le risque allergique aux pollens est "élevé à très élevé" dans un large quart nord-est de la France, met en garde le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA) qui a publié une carte interactive de vigilance.
     
     
    De la Normandie à la Vienne et jusqu'aux Alpes, les allergiques souffrent surtout les pollens de bouleau.
    (Image d'illustration).
    ©Lcham/Sipa
     

    Tous aux abris, la saison des pollens a commencé. Du 15 au 22 avril, le risque allergique est "élevé à très élevé" dans un large quart nord-est de la France, alerte le Réseau national de surveillance aérobiologique (RNSA). Sur son site internet, l'organisme a publié une carte interactive de vigilance sur laquelle est décrit le risque allergique pour chaque pollen en fonction du département.

    Sur un large quart sud-est, de la Normandie à la Vienne et jusqu'aux Alpes, les allergiques souffrent surtout les pollens de bouleau. De l'est breton à la Lozère, le risque est moyen à localement élevé. Moins gênants que les pollens de bouleau, les pollens de charme sont tout de même responsables d'un risque allergique élevé sur l'Alsace, moyen à localement élevé du Nord-Pas-de-Calais à la Savoie et très faible à faible sur le reste du territoire. La région parisienne et le Sud sont quant à eux affectés par les pollens de platane.

    Dans le sud-ouest, les allergiques sont surtout gênés par les pollens de chêne dans la région Aquitaine (risque faible à moyen). Ces derniers sont également présents jusqu'aux Pays de la Loire, en région méditerranéenne et le long de la Vallée du Rhône. Présents de la Corse à la Bretagne mais peu gênants, les pollens de graminées sont à surveiller sur la côte Atlantique. Quant aux pollens de pariétaire, ils gagnent du terrain sur le pourtour méditerranéen. Si leur risque allergique est faible, il peut être localement élevé. Enfin, les pollens de mûrier, actuellement concentrés sur le pourtour méditerranéen, gagneront sans doute du terrain dans les prochains jours. Et le RNSA de conclure: "seule la pluie pourra apporter un répit bien mérité pour les allergiques".

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :