• Andreï Makine élu à l’Académie française

    Andreï Makine élu à l’Académie française

    Le Monde.fr avec AFP | 03.03.2016 à 16h33 • Mis à jour le 03.03.2016 à 16h55   Lien

     

    L'écrivain Andreï Makine pose sur le plateau de l'émission "Vol de Nuit" de TF1, à la Maison de la radio à Paris, en février 2003.

    Andreï Makine devient immortel. L’écrivain d’origine russe, naturalisé français en 1996, a été élu à l’Académie française jeudi 3 mars par 15 voix, dès le premier tour. Il succède à Assia Djebar, décédée en 2015, au fauteuil n° 5.

    Il y a eu 3 bulletins blancs et six bulletins marqués d’une croix, signe d’une opposition. Deux voix sont allées sur le nom d’Arnaud-Aaron Upinsky, un écrivain proche des milieux catholiques traditionalistes.

     

    Quatre romans sous pseudonyme

    Né en Sibérie en 1957, Andreï Makine a publié en 1990 son premier roman, « La fille d’un héros de l’Union soviétique », avant d’obtenir la reconnaissance du public et de la critique en 1995 avec son quatrième roman, « Le Testament français », qui a réussi l’exploit d’être couronné à la fois par le prix Goncourt, le prix Goncourt des lycéens et le prix Médicis.

    Auteur de seize livres sous son nom, il a également écrit quatre romans sous le pseudonyme de Gabriel Osmonde. Grande médaille de la Francophonie en 2000, il a reçu en 2005 le prix de la Fondation Prince Pierre de Monaco pour l’ensemble de son oeuvre et, en 2014, le prix Mondial de la Fondation Simone et Cino del Duca-Institut de France. Ces deux dernières récompenses sont souvent considérées comme des sésames pour entrer sous la Coupole.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :