• Attentat : Un prêtre égorgé dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, le domicile d'un des terroristes en perquisition

    DIRECT -

    Attentat : Un prêtre égorgé dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, le domicile

    d'un des terroristes en perquisition

    Deux terroristes se réclamant du groupe EI, armés d'armes blanches ont pris en otage cinq personnes, dont un prêtre et deux religieuses, dans une église à Saint-Etienne du Rouvray (Seine Maritime). Le prêtre, âgé de 84 ans, a été égorgé.

    Terrorisme

    Publié le 26 Juillet 2016      LIEN

     

    DIRECT - Attentat : Un prêtre égorgé dans l'église de Saint-Étienne-du-Rouvray, le domicile d'un des terroristes en perquisition

    La police et les secours sur les lieux après que 2 terroristes avaient pris 5 personnes en otage dont un prêtre qu'ils ont égorgé dans l'église de Saint-Etienne-du -Rouvray près de Rouen le 26 Juillet 2016.  Crédit Reuters

    Ce que l'on sait :

    • Deux assaillants sont entrées ce mardi à 9h43 à l'arrière d'une église pendant la messe du matin et pris en otage cinq personnes, dont le curé et deux religieuses. Ils ont égorgé le prêtre et tenté d'égorger un autre otage, qui est actuellement grièvement blessé. Le prêtre, Jacques Hamel, avait 84 ans, rapporte Mgr Lebrun, archevêque de Rouen.
    • La BRI de Rouen (DCPJ), rapidement sur place, appelée par une religieuse qui avait réussi à s'échapper, est intervenue en premier sur les lieux, et les terroristes ont été neutralisés par la BRI et le RAID.
    • Le groupe État islamique a revendiqué l'attaque via son agence "Amaq".
    • Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.
    • Bernard Cazeneuve et François Hollande se rendent sur place, ainsi que le président de région, Hervé Morin. Mgr Lebrun, actuellement à Cracovie pour les JMJ, se rend également sur place, rapporte La Croix.
    • En 2014, Le Parisien révélait la présence d'un "foyer de dérive radicale" à Saint-Étienne-du-Rouvray, composé de plusieurs mosquées radicales et d'une filière djihadiste vers la Syrie.
    • Selon i24 News, un des terroristes était connu des services de police, surveillé après une tentative de partir en Syrie. L'un des 2 suspects a passé près d'un an en prison en France avant son placement sous bracelet électronique, rapporte iTélé.
    • Un homme a été placé en garde à vue, selon des sources proches de l'enquête. Il serait en lien avec l'un des terroristes, dont les initiales seraient "AK", rapporte Le Point. Il s'agirait d'un mineur de 16 ans, dont les initiales seraient "HB", Son frère aîné serait notamment parti en Syrie à l'âge de 16 ans au printemps 2015, selon L'Express.
    • Tous les drapeaux ont été mis en berne sur la commune de Saint-Etienne du Rouvray

    -----------------------

    LE DIRECT

    18h30 : "Il faut que nous fassions le ménage", estime le recteur de la mosquée de Lyon

    "C'est à nous, musulmans, à prendre nos responsabilités", a déclaré Kamel Kaptane, recteur de la mosquée de Lyon, au micro de France Info. "Il faut que nous fassions le ménage. Ce qui se passe se fait au nom de l'Islam, et au nom des musulmans. Et cela, nous ne pouvons pas l'accepter".

     

    "S'attaquer à un prêtre alors qu'il est en train de prier, c'est le pire des crimes que l'on puisse constituer", a-t-il déclaré, condamnant catégoriquement l'attentat.

    18h20 : François Hollande réunira demain un conseil de sécurité et de défense

    17h56 : Mis à jour du profil de la personne placée en garde à vue

    Le jeune homme placé en garde à vue, et qui serait en lien avec l'un des terroristes dont les initiales seraient "AK", selon Le Point serait un mineur de 16 ans, dont les initiales sont "HB". Son frère aîné serait notamment parti en Syrie à l'âge de 16 ans au printemps 2015, selon L'Express.

    17h46 : Sur Twitter, le hashtag #JeSuisCatholique en soutien aux victimes prend de l'ampleur

    Le hashtag #JeSuisCatholique, est tristement l'un des mots-clés les plus partagés sur le réseau social. Au-delà de rejoindre tous les "jesuis" depuis les attentats de Charlie hebdo en janvier 2015, ce hashtag témoigne de la symapthie des personnes envers la communauté chrétienne sur Ineternet.

    17h25 : réactions politiques de Christiane Taubira et François Bayrou

    L'ancienne ministre de la Justice Christiane Taubira a réagi sur son compte Twitter :

    17h20 : Le domicile d'un des assaillants pris d'assaut

    D'après BFMTV, le Raid effectue une opération au domicile d'un des deux assaillants. Moins d'une dizaine de personnes auraient été sortie des lieux.

    17h15 : le terroriste au bracelet électronique avait été extradé de Suisse vers la France en mars 2015

    Selon les informations de la Tribune de Genève, le Français de 19 ans, tué dans l'assaut de la Bri et du RAID, avait été arrêté à l'aéroport de Genève le 14 mai 2015, après avoir été refoulé de Turquie.

    "A.K. avait tenté par deux fois de rejoindre la Syrie, d'abord via Munich, sans succès, puis via Genève. Emprisonné quelques jours à la prison de Champ-Dollon, il avait ensuite été extradé vers la France, mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de préparer des actes de terrorisme", indique la Tribune de Genève.

    L'homme placé en garde à vue aujourd'hui serait en lien avec ce terroriste.

    17h08 : Le témoignage de la religieuse qui a donné l'alerte

    La religieuse présente ce matin dans l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, à l'heure de la messe matinale, et qui a réussi à s'échapper pour donner l'alerte, a relaté au Figaro le début de l'attaque :

    "Ils sont entrés brusquement. Ils ont pris l'espace. Ils parlaient en arabe. J'ai vu un couteau. Je suis partie au moment où ils commençaient à agresser le père Jacques. Je ne sais même pas s'ils ont réalisé que je partais". Cette sœur de la communauté de religieuses voisine de l'église a souhaité garder l'anonymat. Elle indique avoir été prise en charge par une cellule d'aide psychologique.

    L'homme placé en garde à vue un peu plus tôt ce mardi serait en lien avec ce terroriste.

    17h01 Réunion en cours à l'Élysée

    François Hollande a réuni mardi après-midi à l'Élysée le Premier ministre Manuel Valls, les ministres Bernard Cazeneuve (Intérieur) et Jean-Jacques Urvoas (Justice) pour un "point sur la situation", a indiqué l'Élysée.

    16h49 : Des participants à la commission d'enquête relative aux moyens mis en œuvre par l'État pour lutter contre le terrorisme préconisent des mesures drastiques dans le cadre d'un changement de stratégie prôné par une partie de la classe politique, notamment à droite.

    Tout d'abord, Georges Fenech, député Les Républicains du Rhône et président de la commission d'enquête sur les attentats, s'est dit favorable à la création d'un "Guantanamo à la française", un établissement dédié à des individus radicalisés.

     

    De son côté, le rapporteur de la commission et député socialiste Sébastien Pietransanta a déclaré à France Info ce mardi que "les individus radicalisés ne doivent pas être libérés de prison". Concernant la détention des individus fichés S, prônés par certains hommes politiques, M. Pietrasanta explique "qu’il faut éviter toute démagogie et toute surenchère, c’est important de pouvoir avoir un lien avec l’Etat de droit et la lutte contre le terrorisme doit entrer dans cet Etat de droit".

    16h39 : réactions syndicales, via France Info

    "On se retrouve devant une difficulté qui est celle d'empêcher des gens de repartir ou de partir sur des sites en guerre pour rejoindre les rangs de l'État Islamique, or on sait que ces gens sont extrêmement déterminés", a déclaré sur France Info Béatrice Brugère, ancienne juge antiterroriste et secrétaire générale du syndicat FO-Magistrats.

    La CFDT quant à elle appelle via un communiqué "au sang-froid, à l'affirmation des valeurs républicaines et à la cohésion citoyenne de tous ceux qui veulent vivre dans une société de liberté, de paix et de fraternité."

    16h24 : réactions religieuses, relayées par le quotidien La Croix

    • Le cardinal Pietro Parolin, secrétaire d’État du pape François : "le pape s’associe par la prière à la souffrance des familles, ainsi qu’à la douleur de la paroisse et du diocèse de Rouen"
    • Mgr Lebrun, archevêque de Rouen : "L’Église catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes"
    • Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille et président de la Conférence des évêques de France : "notre arme à nous c’est la miséricorde"
    • Mgr Dubost, évêque d’Evry : "Il ne faut pas que la terreur gagne"
    • Mgr Stanislas Lalanne, évêque de Pontoise : "en tant que chrétien, il faut être artisan de paix et de dialogue"

     

    16h03 : un homme placé en garde à vue

    Un homme a été placé en garde à vue, a appris Le Figaro de source proche de l'enquête. "Aucune précision sur le profil de cette personne n'a été donnée", indique le quotidien.

    14h30 : Nicolas Sarkozy s'est exprimé depuis le siège des Républicains.

    "C'est aussi l'âme de la France qui est touchée. La France est une fois de plus prise pour cible.", a déclaré M. Sarkozy, dont toutes les pensées vont aux fidèles catholiques de France.

    "Nous devons changer profondément notre stratégie. (…) Notre ennemi n'a pas de limites. (…) Nous devons être impitoyables. (…) Je demande au gouvernement de mettre en œuvre toutes les propositions que nous avons faites depuis des mois.", a ajouté de l'ancien Président de la République.

    14h09 : Le Président Hollande s'est exprimé depuis Saint-Etienne du Rouvray avant de repartir pour la capitale. Jusqu'ici, le groupe EI n'avait jamais réussi d'attentat dans une église, l'une de leurs cibles privilégiées selon leurs déclarations.

    Plus de doute désormais sur l'origine de l'attentat. Le groupe État islamique a revendiqué l'attaque via son agence "Amaq", et le Président de la République confirme qu'il s'agit d'un attentat terroriste. "C'est une guerre que nous devons mener par tous les moyens", a-t-il déclaré. Parmi les mesures annoncées, un soutien aux forces irakiennes dans la guerre en Syrie, sans troupes au sol.

    François Hollande recevra Mgr Lebrun, archevêque de Rouen, cet après-midi, qui a pris le premier avion depuis les JMJ de Cracovie. Ils vont convoquer la Conférence des responsables de culte en France (CRCF) dès mercredi.

    "Un groupe qui veut nous déclarer la guerre, nous diviser, il ne faut pas réagir à la provocation, nous sommes une démocratie, il faut réagir avec du recul.", a poursuivi M. Hollande.

    Avant d'ajouter cette phrase qui fait froid dans le dos, tout en indiquant que les attentats ne vont pas s'arrêter : "Les Français doivent savoir qu'ils sont menacés, comme les allemands".

    Ailleurs dans la classe politique, François Fillon signale que "nous indigner ne suffit plus" :

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :