• Australie: le constructeur naval français DCNS remporte le contrat du siècle

    Australie: le constructeur naval français DCNS remporte le contrat du siècle

    Mis à jour 26 April 2016, 19:58 AEST     Lien

    Malcolm Turnbull l’a annoncé mardi matin: l’Australie choisit la France pour construire sa nouvelle flotte de sous-marins. Montant total: 50 milliards de dollars. C'est le plus gros investissement militaire de l'histoire de l'Australie.

    C’est la fin d’un appel d’offre de 15 mois, riche en suspense. DCNS construira la nouvelle flotte de 12 sous-marins de l’Australie. Le constructeur naval français a finalement devancé ses concurrents, l'Allemand ThyssenKrupp Marine Systems et le Japonais Mitsubishi, grâce à son « Barracuda à nageoire courte Block A1 ».  C'est le nom du sous-marin spécialement conçu par DCNS pour l'Australie. Le constructeur naval français s'est inspiré de son sous-marin Barracuda à propulsion nucléaire pour présenter au gouvernement australien un projet à propulsion hybride, à la fois diesel et électrique.  Avec ses 97 mètres de long, le Barracuda à nageoire courte a séduit l'Australie car il répond point par point au cahier des charges australien, a précisé la ministre de la Défense, Marise Payne, lors de la conférence de presse organisée mardi matin pour annoncer le nom du vainqueur de l'appel d'offre: « Nous avons besoin de sous-marins qui ont une portée considérable, qui puissent rester en plongée pendant de longues périodes, indétectables et silencieux, et qui soient dotés une technologie avancée de capteurs, pour repérer les autres sous marins. » Chose que ni le sous-marin Mitsubishi ni le sous-marin Thyssen-Krupp Marine Systems ne pouvaient offrir à l'Australie. Pourtant, l'ancien Premier ministre Tony Abbott avait une préférence pour le sous-marin de conception japonaise. Il avait même conclu un accord informel avec son homologue japonais Shinzo Abe. Le gouvernement japonais a donc fait savoir son mécontentement par les voies diplomatiques, en réclamant des explications officielles à l'Australie.  

    « Made in Australia »

     Le Premier ministre Malcolm Turnbull a fait le déplacement en Australie du Sud mardi matin pour annoncer la construction des sous-marins Barracuda à nageoire courte à Adelaïde, et non à l'étranger. C'était tout l'enjeu politique de cet appel d'offres. Le Premier ministre a donc martelé que la construction des nouveaux sous-marins permettra de créer 2800 emplois en Australie, et, insiste-t-il, « elle se fera avec de l'acier australien ». Voilà qui lui permettra peut-être de gagner des points dans l'opinion, car le pays est en pleine campagne électorale.  « Les sous-marins seront construits en Australie, assure Malcolm Turnbull. Il y aura bien sûr des sous-traitants dans d'autres régions du pays, entre autres. Mais le gros du travail sera effectué en Australie du Sud, même si nous devrons acheter des composants ailleurs. Par exemple, nous nous procurerons la quasi intégralité du système de combat de nos sous-marins auprès de nos amis américains. »  Malcolm Turnbull, le Premier ministre, et Marise Payne, la ministre de la Défense, sur les quais des chantiers navals d'Adelaïde, mardi matin, C'est là qu'ils ont annoncé qu'ils avaient choisi DCNS pour construire la nouvelle flotte de sous-marins. (Photo: The Advertiser / Tait Schmaal)

    Malcolm Turnbull, le Premier ministre, et Marise Payne, la ministre de la Défense, sur les quais des chantiers navals d'Adelaïde, mardi matin, C'est là qu'ils ont annoncé qu'ils avaient choisi DCNS pour construire la nouvelle flotte de sous-marins. (Photo: The Advertiser / Tait Schmaal)

     Outre les emplois, c'est le transfert de technologie et l'innovation qui intéressent le gouvernement australien. Il entre désormais en négociations exclusives avec DCNS jusqu'à début 2017. Le contrat final n'est donc pas encore signé, mais on sait déjà qu'il comprendra entre autres, la conception bien sûr, et la maintenance pendant vingt-cinq ans. Des équipes australiennes pourraient aller se faire former dans les chantiers navals de DCNS, à Cherbourg. Malcolm Turnbull:  « Nous faisons cela (renouveler la flotte des sous-marins, NDLR) pour garantir la sécurité de l'Australie, notre nation insulaire. Mais nous le faisons aussi pour aider notre économie à opérer sa transition et devenir ainsi une vraie économie du XXIème siècle, parce que nous savons que grâce à cet investissement, nous pouvons apprendre des procédés de fabrication de pointe. » 

     

    Une décision stratégique pour défendre l'île-continent

     En tout, la construction des 12 sous-marins Barracuda à nageoire courte coûtera 50 milliards de dollars australiens (4000 milliards de francs Pacifique). DCNS devrait toucher près de 12 milliards de dollars sur cette envelope globale. C'est le plus gros investissement militaire de l'histoire de l'Australie. Selon le gouvernement, c'est une nécessité stratégique. Il faut en effet remplacer les 6 sous-marins actuels, qui sont trop vétustes. Mais surtout, Canberra veut affirmer sa puissance dans la région, main dans la main avec les États-Unis, au moment où les tensions se multiplient en Mer de Chine. Marise Payne, la ministre australienne de la Défense: « Les sous-marins représentent une technologie stratégique pour l'Australie. Ils nous procurent des avantages substantiels dans le contexte maritime complexe de notre région. En effet, d'ici 2035, environ la moitié de la flotte mondiale de sous-marins croiseront dans les océans Indien et Pacifique. »   Le premier sous-marin Barracuda australien devrait être mis en service en 2030. Le programme de construction s'étalera sur les 50 prochaines années.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :