• Belgique : deux policières blessées dans une attaque à la machette à Charleroi, l’agresseur abattu

     

    Belgique : deux policières blessées dans une attaque à la machette à Charleroi,

    l’agresseur abattu

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 06.08.2016 à 18h06 • Mis à jour le 06.08.2016 à 20h14    LIEN

     
    Un périmètre de sécurité a été installé devant l’hôtel de police de Charleroi, le 6 août.

    Deux policières ont été blessées samedi 6 août à Charleroi, en Belgique, par un individu armé d’une machette. L’agresseur est arrivé aux alentours de 16 heures devant l’hôtel de police. « Il a immédiatement sorti une machette du sac de sport qu’il portait et il a porté des coups très violents au visage de deux policières qui se trouvaient de faction en face de l’hôtel de police en criant Allahou Akbar !” [“Dieu est grand !”] », a expliqué le porte-parole de la police de Charleroi, David Quinaux. C’est une troisième policière qui a alors ouvert le feu et abattu l’assaillant, décédé plus tard à l’hôpital.

    L’auteur n’est « pas encore identifié », a déclaré le premier ministre belge, Charles Michel, interrogé en soirée par la chaîne RTL-TVI. « Mais cela semble être de nouveau une attaque avec une connotation terroriste », a-t-il ajouté.

    Je condamne l'attaque à Charleroi avec force. Pensées vont aux victimes, leurs proches et les policiers. Nous suivons la situation de près.

    Les deux policières sont « hors de danger » a précisé la police de cette ville de Wallonie, située à une soixantaine de kilomètres au sud de Bruxelles. Selon l’agence Belga, une des policières « souffre de plaies profondes à hauteur du visage » et a été hospitalisée, tandis que sa collègue « n’est que très légèrement touchée ». La police a ajouté que l’hôtel de police resterait « inaccessible le temps de l’enquête d’usage ».

    « Acte ignoble »

    Le ministre de l’intérieur belge, Jan Jambon, a condamné pour sa part un « acte ignoble » et fait part de son soutien « pour les 2 policiers blessés ainsi qu’à leurs collègues et familles ». Une évaluation de l’Office central d’analyse de la menace (OCAM), l’organe indépendant qui évalue le risque terroriste en Belgique, est en cours, a-t-il ajouté.

    Le 30 juillet, deux personnes ont été interpellées en Wallonie, dans la région de Mons (ouest) et à Liège (est), soupçonnées d’être en lien avec des projets d’attentats, selon le parquet fédéral belge. La justice belge avait précisé que ces arrestations n’étaient pas en lien avec l’enquête sur les attentats du 22 mars à l’aéroport international de Bruxelles et dans la station de métro Maelbeek qui avaient fait 32 morts.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :