• Comment le tueur d'Orlando a touché de l’argent de l’Etat américain destiné à la lutte antiterroriste


    Comment le tueur d'Orlando a touché de l’argent de l’Etat américain destiné... à la lutte antiterroriste

    Les États-Unis dépensent 115 milliards de dollars par an pour leur sécurité intérieure. Des sommes gérées en dépit du bon sens et qui ont permis à une entreprise comme G4S d'employer Omar Mateen.

    Oups         LIEN

    Publié le 22 Juin 2016

     

    Comment le tueur d'Orlando a touché de l’argent de l’Etat américain destiné... à la lutte antiterroriste
     

    Les Etats-Unis dépensent des milliards de dollars par an dans la lutte contre le terrorisme, mais souvent avec peu de résultats. Avant d'assassiner 49 personnes et d'en blesser 53 autres, Omar Mateen était un agent de sécurité de l'entreprise britannique G4S qui possède des clients dans plus de 100 pays, dont le gouvernement américain. Et le département de la Sécurité nationale américain est l’un des plus gros clients de G4S depuis les attentats du 11 Septembre.

    G4S, une entreprise de sécurité très controversée

    La tuerie d'Orlando a attiré l'attention sur cette société qui avait fait l'objet d'un certain nombre de rapports embarrassants dans le passé, relate Libération.

    Mais G4S est juste le symptôme d'un problème plus vaste : les dépenses de lutte contre le terrorisme aux États-Unis sont généralement mal gérées et peu surveillées, explique Patrick Tucker du site spécialisé Defense One.

    115 milliards de dollars par an dans la sécurité intérieure des Etats-Unis

    Dans leur ouvrage, Chasing Ghosts : The Policing of Terrorism, John Mueller et Mark Stewart soutiennent que la peur du terrorisme dans l'opinion publique américaine a donné naissance à l'expansion rapide d'investissements et de programmes antiterroristes, sans aucun regard sur les dépenses engagées. Les États-Unis dépensent environ 115 milliards de dollars par an pour leur sécurité intérieure, dispatchés en grande partie sur une large variété d'organismes, de programmes et de technologies visant à juguler le terrorisme domestique. Les auteurs soulignent que le champ de lutte contre le terrorisme comprend au moins 1072 organisations gouvernementales ainsi que quelques 2000 entreprises privées, financées par l'argent des contribuables américains. Ce qui représente beaucoup d'argent pour des entreprises comme G4S, qui a embauché Omar Mateen en 2007.

    Le FBI a enquêté pendant 10 mois sur Omar Mateen

    En 2013, l'homme d'origine afghane est employé par G4S comme agent de sécurité dans le palais de justice de Floride, lorsque ses collègues se sont alarmés de "ses propos radicaux et contradictoires", a déclaré le directeur du FBI James Comey. "Tout d'abord, il a affirmé avoir des liens familiaux avec Al-Qaïda. Il a également dit qu'il était un membre du Hezbollah, une organisation terroriste chiite et un ennemi acharné de l'État islamique. Lorsque cela nous a été rapporté, le bureau du FBI de Miami a ouvert une enquête préliminaire. Pendant 10 mois, le FBI a enquêté pour savoir si Omar Mateen était un terroriste, un travail que nous effectuons régulièrement dans des centaines et des centaines de cas à travers tout le pays", a expliqué le directeur du FBI. Au cours des entretiens avec les agents du FBI, Omar Mateen a admis qu'il avait effectivement tenu ces propos, mais il s'est défendu en disant qu'il essayait juste de faire peur à ses collègues qui l'avaient menacé.

    Malgré les soupçons, le tueur a continué de travailler pour G4S

    Au final, il est impossible de blâmer le FBI qui a vraiment fait son travail, jugent John Mueller et Mark Stewart : l'agence a démêlé plus de 5000 pistes pour cerner la personnalité d'Omar Mateen.

    Mais ce qui est plus inquiétant, c'est que G4S a continué de le faire travailler malgré l'enquête et lui a permis de conserver son statut d'agent de sécurité. Il avait également un permis de port d'arme de poing, comme le pistolet Glock qu'il a utilisé lors de la fusillade à Orlando.

    Des milliards dépensés inutilement

    Seule sanction immédiate, le lendemain de la tuerie, G4S a enregistré une perte de 6 % en Bourse, atteignant son plus bas niveau depuis 2009, souligne l'agence Bloomberg. A tout le moins, le massacre dans la boite de nuit, le Pulse, indique que les 1 000 milliards de dollars d'impôts américains dépensés dans la lutte contre le terrorisme domestique depuis le 11 septembre n'ont pas été bien utilisés.

     

    Il est difficile d'imaginer pire endroit pour les dollars américains de la lutte contre le terrorisme que la poche d'Omar Mateen, concluent les auteurs.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :