Le président français François Hollande juge «insupportable» le retard pris par l’Europe pour le fichage des jihadistes, dans une interview au quotidien allemand Bild à paraître mercredi.

Interrogé sur les raisons de l’absence de fichage européen des «personnes dangereuses» alors que «les terroristes ne connaissent pas de frontières», le chef de l’Etat français répond : «parce qu’il y a du retard. Et c’est insupportable».

«Le temps perdu est de plus en plus coûteux», prévient François Hollande qui appelle à «aller vite» dans cette interview publiée à la veille du 18e Conseil des ministres franco-allemand qui se réunira jeudi à Metz (Est de la France).

«C’est ainsi que nous serons plus efficaces et que nous pourrons convaincre les Européens qu’ils sont réellement protégés», fait-il valoir dans cet entretien dont la version française a été communiquée à l’AFP par l’Elysée.

Pour François Hollande, «c’est le problème majeur de l’Europe : elle prend souvent trop de temps pour décider».

«Pour autant, à la fin, l’Europe arrive toujours à trouver une solution – que ce soit sur les crises bancaires, les dettes souveraines, l’afflux de réfugiés ou même l’action contre le terrorisme», tempère le président français.

Celui-ci appelle également à demi-mot l’Allemagne à renforcer son effort de défense au profit de la lutte contre le terrorisme.

«Je remercie l’Allemagne pour le concours militaire qu’elle nous a apporté, au Mali mais également en Syrie», dit-il.

«Je sais que c’était une décision très difficile à prendre car c’était d’une certaine façon une évolution de sa politique», ajoute encore François Hollande, «mais je préfère le dire : nos deux pays doivent consentir un effort budgétaire à leur défense et agir à l’extérieur de l’Europe».

«Ne comptons pas sur une autre puissance même amie pour nous débarrasser du terrorisme», insiste-t-il.

AFP