• Inondations : évacuations en Ile-de-France, la Seine monte à Paris

    Inondations : évacuations en Ile-de-France, la Seine monte à Paris

    Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 02.06.2016 à 11h39 • Mis à jour le 02.06.2016 à 14h13

    LIEN

    La carte de vigilance publiée le jeudi 2 mai à 10 heures. La carte de vigilance publiée le jeudi 2 mai à 10 heures. Météo France

    Après « une journée d’accalmie relative » mercredi, des nouvelles pluies jeudi 2 juin font craindre une aggravation des crues déjà exceptionnelles dans le pays. La Seine-et-Marne restait jeudi matin en alerte rouge inondations, alors que le niveau de vigilance dans le Loiret, un des départements les plus touchés depuis mardi par les inondations, a été rabaissé à l’orange.

    Cinq autres départements d’Ile-de-France et du Centre étaient encore en vigilance orange (Essonne, Indre-et-Loire, Cher, Loir-et-Cher, Indre), selon le bulletin de Météo France de 10 heures.

    Les pluies – exceptionnelles pour un mois de mai – qui ont provoqué d’importants dégâts, ainsi que de nombreuses évacuations dans un grand quart nord-est du pays, ont pris fin mardi, mais un nouvel épisode pluvieux a gagné le pays depuis mercredi soir, par les frontières belge et allemande, même si les cumuls attendus devraient être moindres. Des précipitations étaient toujours en cours jeudi matin sur le bassin parisien, le Centre, la Bourgogne et la Franche Comté, selon ce dernier bulletin.

    Quelque 24 000 foyers ont été privés d’électricité dans les trois départements de la Seine-et-Marne (9 300), de l’Essonne (5 100) et des Yvelines (1 600), selon Enedis (anciennement ERDF), qui a déployé plusieurs centaines de techniciens et des dizaines de groupes électrogènes. Dans la région Centre, où « les décrues sont en cours », selon la porte-parole, Enedis dénombrait à 11 h 30 environ 8 400 foyers sans électricité : 7 000 sur Montargis et 1 400 à Romorantin (Loiret).

    • Une crue importante en formation sur la Seine moyenne

     

    La Seine atteignait les genoux de la statue du zouave, le 2 juin à Paris.

    A Paris et en Ile-de-France, le niveau de la Seine suscite des inquiétudes. Dans la capitale, où le niveau de vigilance jaune a été activé, la montée des eaux est rapide. La Seine était montée à 4,96 m, jeudi midi, au niveau de la gare d’Austerlitz. Depuis la veille au soir, une partie des voies sur berges est fermée.

    Paris n’est pour l’instant pas menacée par une catastrophe comparable à celle de 1910, la Seine avait alors atteint 8,42 m et inondé notamment des stations de métro, paralysant la ville. En mars, un exercice géant avait mobilisé pendant quinze jours les services de l’Etat, les communes et les entreprises pour limiter l’impact d’une nouvelle crue de cette ampleur qui, selon l’OCDE, pourrait coûter 30 milliards d’euros.

    Lire l’entretien :   Crue de la Seine : « Un scénario de crise est hautement probable »

    Cependant, le niveau de la Seine va continuer à monter et devrait dépasser les 5 mètres, pour atteindre dans la nuit prochaine ou vendredi un pic de crue potentiellement au-delà de 5,5 m, selon le point journalier du ministère de l’environnement. Ce jeudi, le niveau de vigilance sur Paris pourrait être revu à la hausse et passer à l’orange tandis que des débordements ponctuels ne sont pas à exclure, au-delà de la submersion des voies sur berge. Le tronçon Seine moyenne a été passé ce matin en vigilance orange, en Seine-et-Marne jusqu’à l’amont de Paris. Des villes comme Melun et Corbeil-Essonnes seront touchées dans la journée.

    Guillaume Pepy, le président de la SNCF, a confirmé au Parisien que le RER C pourrait être prochainement fermé dans Paris intra-muros si le niveau de la Seine dépassait 4,75 m. Un service de substitution par bus est déjà programmé.

    • Le métro parisien affecté par les inondations

    La station du RER C Saint-Michel-Notre-Dame, à Paris, n’est plus desservie depuis jeudi en fin de matinée en raison des intempéries qui affectent la région Ile-de-France, a annoncé Transilien sur son compte Twitter. La station Invalides devait être fermée à son tour vers 14 heures, avant, à partir de 16 heures, l’ensemble de la section du train régional dans Paris, qui longe la Seine, a ajouté le réseau de la SNCF en Ile-de-France.

    A la grève qui affecte une partie du trafic s’ajoutent les intempéries. Les inondations ont causé des perturbations dans les transports franciliens (RER B, D, E et Tramway). Aucun train Transilien, Intercités ou TER ne circulait ainsi entre Paris-Montparnasse et Versailles-Chantiers, la SNCF espérant « un retour à la normale » d’ici à lundi.

    En Moselle, la circulation des trains entre Thionville et le Luxembourg, interrompue depuis lundi, devrait rester perturbée plusieurs jours. Cette ligne est empruntée chaque jour par quelque 10 000 personnes.

    • Manuel Valls au chevet de la Seine-et-Marne, en alerte rouge

    En visite à Nemours, en Seine-et-Marne, jeudi matin, le premier ministre a annoncé jeudi matin la mise en place d’« un fonds exceptionnel de soutien » pour les collectivités territoriales touchées par les inondations et promis une mise en œuvre rapide des procédures de catastrophe naturelle.

    Manuel Valls a appelé à rester « extrêmement prudent », même si le Loing a amorcé une décrue : « Nous pouvons considérer que dans le Nord-Pas-de-Calais et dans l’est de la France les choses sont totalement maîtrisées, mais dans la région Centre, et ici dans la région Ile-de-France, la situation reste extrêmement tendue, difficile ».

    Lire le reportage :   A Nemours inondée par les eaux du Loing, une nuit de veille et d’angoisse

    La ville de Nemours a été coupée en deux par les eaux et la maire Valérie Lacroute, qui a procédé à l’évacuation de 3 000 des 13 000 habitants vers des centres d’hébergement déplorait le centre-ville « totalement sous l’eau » où « tous les commerces sont détruits ». Les habitations situées dans la partie inondée ne disposent ni d’électricité, ni de chauffage, ni d’eau. Les niveaux atteints lors de la crue de 1910 (4,25 m) ont été dépassés à Nemours où le pic de crue a été atteint à minuit (cote 4,63 m).

    Jeudi matin, la décrue s’amorçait, très lentement dans le centre-ville mais la situation restait préoccupante dans le département. « La baisse a commencé, on a perdu 20-25 cm depuis ce matin », a déclaré Jean-Luc Marx, préfet de Seine-et-Marne, ajoutant qu’en revanche, « à Melun, la Seine continue de monter », tandis que de fortes pluies ont repris jeudi matin.

    Dix kilomètres au sud, le corps sans vie d’une octogénaire a été découvert mercredi soir dans son pavillon inondé à Souppes-sur-Loing. Cependant, le préfet a affirmé ce matin que sa mort n’était « pas liée » à la crue.

    M. Marx, a également déclaré mercredi sur France Info avoir suspendu pour deux jours « les cours dans les écoles, les collèges et les lycées » dans dix-sept communes du « secteur critique du Loing », un affluent de la Seine. La présidente du conseil régional d’Ile-de-France Valérie Pécresse a annoncé qu’elle proposerait un fonds d’urgence d’un million d’euros pour les communes franciliennes sinistrées.

    • Dans le Loiret, la crue supérieure à celle de 1910

    Tout au long du cours du Loing, plusieurs villes ont été touchées, comme Montargis. La sous-préfecture du Loiret était noyée sous 1,80 m d’eau jeudi matin. Il serait tombé dans le département l’équivalent d’un mois et demi de précipitations en trois jours, et près des deux tiers des communes sont touchés par les crues. Les quelque 300 pompiers mobilisés ont procédé à plus de 2 000 interventions depuis le début des intempéries. La crue sur le bassin du Loing a atteint des niveaux supérieurs à ceux de la crue de 1910.

    Sur l’autoroute A10, reste toujours fermée jeudi matin depuis le péage de Saint-Arnoult-en-Yvelines en direction d’Orléans, 650 automobilistes se sont retrouvés bloqués mercredi par les inondations et été évacués en soirée par des camions militaires de transport de troupes. L’accès au chef-lieu du Loiret reste aussi impossible par l’A71 en provenance de Vierzon et de Bourges. Au total, une vingtaine de routes restent coupées à la circulation, selon Vinci autoroutes.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :