• JO 2016:«Elle a sauvé la France»,les Bleues rendent un hommage à Laura Glauser

    Sport  

     

    JO 2016: «Elle a sauvé la France», les Bleues rendent un hommage (très mérité) à leur énorme gardienne Laura Glauser

     

    JEUX OLYMPIQUES Entrée en cours de match, l'habituelle remplaçante a été déterminante dans les derniers instants...

     

    Laura Glauser après la demi-finale des JO contre les Pays-Bas le 18 août 2016.

    Laura Glauser après la demi-finale des JO contre les Pays-Bas le 18 août 2016. - Roberto SCHMIDT / afp

     

    * Romain Baheux

     

     

    De notre envoyé spécial à Rio,

     

    Elle sort péniblement de la montagne de coéquipières venues l’ensevelir dans la seconde suivant la victoire contre les Pays-Bas (24-23). Laura Glauser sourit. Laura Glauser pleure. Enfin un mélange des deux se bouscule. En moins d’un quart d’heure de jeu, la jeune gardienne de 22 ans a sorti une prestation énorme, pour envoyer les handballeuses françaises en finale des JO pour la première fois de leur histoire.

     

    « Laura a sauvé la France, lance Olivier Krumbholz à la simple mention du nom de sa joueuse, entrée à la fin pour suppléer la titulaire défaillante Amandine Leynaud dans le dernier quart d'heure de la rencontree. Elle nous a apporté sa taille, sa puissance. Sans elle, on va en prolongation. »

     

    Un simple coup d’œil à ses stats nous donne envie de demander à la Fédération d’aller chercher le bronze pour couler la statue de la doublure : cinq arrêts réussis sur sept tentatives de Néerlandaises qui ont fini très fort. Ses deux seules buts encaissées ? Un penalty et une contre-attaque.

     

    >> A lire aussi : JO: Revivez la demi-finale victorieuse des handballeuses françaises

    « Ce n’était pas moi dans le but, lâche-t-elle très émue en zone mixte. J’étais comme hors de mon corps, je n’ai jamais connu un tel moment de grâce. » « Elle a été solide, rajoute Valérie Nicolas, légende du poste chez les Bleues, désormais consultante. Franchement, on n’a pas du tout senti le poids de la demi-finale lui peser. »

     

    Après l’avoir fêtée sur le terrain, toute sont venues la féliciter dans les vestiaires. D’un geste, d’un mot ou même plusieurs. « Je lui ai dit que c’était une grande gardienne et qu’elle ne devait pas en douter, raconte Camille Ayglon-Saurina. Elle est jeune, elle manque encore d’assurance. » Faire gagner une demi-finale olympique, c’est pas mal pour la confiance, non ?

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :