• "Jungle" de Calais : le Brexit aidera-t-il les migrants à gagner le Royaume-Uni

     

    "Jungle" de Calais : le Brexit aidera-t-il

    les migrants à gagner le Royaume-Uni ?

    Edité par   avec AFP
    le 25 juin 2016 à 13h47 , mis à jour le 25 juin 2016 à 14h10.   LIEN

     

    Europe .

    Visant à juguler l'immigration clandestine vers le Royaume-Uni, le "traité de Touquet", conclu en 2003, a déplacé côté français le contrôle de la frontière britannique. Mais dans les heures qui ont suivi l'annonce du Brexit, plusieurs responsables politiques français ont appelé à le remettre en cause.

    "Le peuple britannique a tranché, je demande au gouvernement français de renégocier les accords du Touquet", a tweeté Xavier Bertrand, président LR de la région Les Hauts de France. De son côté, l'eurodéputée écologiste Karima Delli a  affirmé que "François Hollande doit renvoyer les accords du Touquet aux oubliettes".Texte bilatéral, conçu pour lutter contre l'immigration illégale, ce traité a été signé en 2003 après la fermeture du camp de Sangatte. Il prévoit bien une clause de sortie, avec un délai de deux ans. Confiant les premiers contrôles d'immigration au pays de départ, ce traité a entraîné de fait un glissement de la frontière britannique dans les ports français.

    Un accord "injuste pour la France et pour les migrants"

    "A présent que la Grande-Bretagne n'est plus dans l'UE, il n'y a aucune raison que la frontière se trouve encore à Calais", affirme François Gemenne, professeur à Sciences Po, pour qui Londres s'est "défaussé de ses responsabilités" avec cet accord "injuste pour la France et pour les migrants".

    "Le paradoxe est que, alors que le Brexit a été majoritairement un vote anti-migration, la Grande-Bretagne pourrait se retrouver à devoir accueillir davantage de migrants demain", note-t-il -- d'autant que Londres ne pourra plus renvoyer les demandeurs d'asile vers le premier pays où ils ont laissé une empreinte, comme le prévoit le règlement européen dit "de Dublin".

    "Il faut réfléchir avant de dire n'importe quoi"

    L'universitaire met toutefois en garde : le campement de migrants de Calais ne disparaîtra pas avec la dénonciation du Touquet, car "il y a un obstacle physique" avec la mer. La population sur la "Jungle" a ainsi à nouveau augmenté ces dernières semaines, à près de 4.500 personnes, selon la préfète du Pas-de-Calais.

    Côté français, on souligne au ministère de l'Intérieur que la position sur le sujet n'a pas changé avec ce référendum. Bernard Cazeneuve avait estimé en mars que dénoncer le traité reviendrait à "envoyer le signal aux passeurs qu'ils sont légitimes à mettre tous les migrants à la frontière pour qu'ils passent" et dans ce cas "demain il n'y en aura plus 6.000 mais 20.000". Les autorités redoutent une multiplication des incidents qui rendrait de toute façon nécessaire le maintien d'un important dispositif de sécurité.

    "L'accord du Touquet, c'est : où est la frontière. Si c'est pour la mettre, comme certains le préconisent, de l'autre côté de la Manche, il faudra mettre des bateaux pour sauver des gens qui seront dans l'eau", a pour sa part affirmé le chef de la diplomatie française Jean-Marc Ayrault, pour qui "il faut réfléchir avant de dire n'importe quoi" et "ne pas faire de démagogie".

    VIDEO. Victoire du Brexit : la frontière bientôt ouverte aux migrants bloqués à Calais ?

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :