• L'interdiction d'un pesticide tueur d'abeilles est remise en cause

    L'interdiction d'un pesticide tueur d'abeilles est remise en cause

    Environnement. Si précieuses abeilles, sans elles, pas de fruits et légumes.

    E.T. | 11 Mai 2016, 00h00 | MAJ : 11 Mai 2016, 17h25    Lien
     réagir Les défenseurs des abeilles mettent en avant leur rôle essentiel dans la pollinisation des arbres fruitiers et des plants de légumes. Les défenseurs des abeilles mettent en avant leur rôle essentiel dans la pollinisation des arbres fruitiers et des plants de légumes. (LP/Aurélie Audureau.)

    Les abeilles vont-elles s'en sortir ? Les sénateurs débattent en ce moment de la loi Biodiversité, et revient sur la table la question d'interdire les néonicotinoïdes, ces pesticides tueurs d'abeilles, de bourdons, de guêpes... Depuis 1995, date de l'apparition de ces produits dans les champs français, 30 % des colonies d'abeilles meurent chaque année.

     

    « Une catastrophe écologique et pour nos modèles alimentaires », commente ainsi Amandine Lebreton, de la Fondation Nicolas Hulot pour l'homme et la nature. Les sénateurs de la commission du Développement durable sont revenus sur l'interdiction de ce tueur d'abeilles, pourtant votée en première lecture. L'arbitrage reviendra à l'Assemblée nationale.

    Le cacao, le café, les tomates...



    Les défenseurs des abeilles lancent un cri d'alarme en mettant en avant le rôle essentiel des abeilles dans nos repas. Notamment au petit déjeuner. Sans elles, il faut imaginer les bols sans chocolat parce que les fleurs des cacaotiers, pourtant hermaphrodites, ne peuvent pas s'autoféconder. Même problème pour les grains de robusta, base du café italien.

    A midi, on continuerait à manger poisson ou viande. Mais presque plus de légumes ou de fruits, qui ont besoin des insectes pour se reproduire. Exception notable, les petits pois ! Parce que « ce légume s'autopollinise bien à l'abri de ses pétales », précise Amandine Breton. Et si, pour le dîner, on a envie de manger italien ? Il faudra se contenter de pizzas ou de spaghetti bolognaises sans sauce tomate. Mamma mia ! Les fleurs de tomates ont en effet besoin d'un insecte pour devenir fruits (d'un bourdon volumineux plus que d'une fine abeille). Car la fleur de tomate doit « vibrer » comme une salière pour libérer son pollen.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :