• Le Barça danse sur la dépouille de Getafe...

    1.  
    2. // Liga
    3. // J29

    4. // Barcelone-Getafe (6-0)     Lien

     

    Le Barça danse sur la dépouille de Getafe

     

    Écrasant de supériorité, le FCB a très largement surclassé les banlieusards de Madrid (6-0). Un succès estampillé Lionel Messi, une nouvelle fois en délicatesse sur penalty, mais auteur d’une prestation époustouflante, qui porte la série d’invincibilité des Blaugrana à 37 rencontres. Excusez du peu.

     

    Par Robin Delormesamedi 12 mars

    FC Barcelone 6-0 Getafe

    Buts : Juan Rodríguez (8e CSC), Munir (19e), Neymar (32e, 51e), Messi (40e), Turan (57e)

    La scène oscille entre l’hilarant et le gênant. Meilleur joueur incontesté de la planète, de retour dans la course pour le Pichichi malgré deux mois d’absence, capable d’exécuter des gestes techniques propres aux freestylers, Lionel Messi poursuit néanmoins sa pénible relation avec les peines maximales. Un gimmick depuis le début d’exercice qui se reproduit en ce samedi après-midi et une réception du modeste Getafe. Face à Vicente Guaita, la Pulga choisit de croiser une frappe qui, trop mollassonne, est renvoyée sans sourciller par le portier des banlieusards madrilènes. Un énième échec pour l’Argentin, le treizième sur cinquante-cinq tentatives, qui n’empêche pas le leader de la Liga d’écraser le modeste et limité Getafe. D’autant plus que, large vainqueur (6-0), le Mes que s’est abondamment appuyé sur son Diez. D’abord en échec, puis au service, il conclut sa prestation d’un missile tout en puissance. Bref, une nouvelle démonstration de force, aussi bien individuelle que collective, qui ne laisse plus aucun doute sur l’issue de cette édition de Liga. Avec neuf journées encore à disputer, et une avance provisoire de onze points sur son dauphin colchonero, le FCB court vers sa 24e couronne domestique.

    Messi, péno raté et match de taré

    À l’heure de la digestion, ou du digestif, le Camp Nou se transforme en antre à la gloire de sa MSN. Problème, alors qu’il n’a pris qu’une seule fois le chemin de la guérite depuis le début d’exercice - cf. la réception de Levante -, Luis Suárez entre dans son théâtre avec le dossard du remplaçant. Un détail de la feuille de match qui ne contrecarre en rien les plans du leader incontesté du championnat. Car, largement supérieurs malgré un roulement d’effectif, les Blaugrana imposent dès le coup d’envoi leur rythme. La maîtrise totale du cuir offre ainsi aux locaux un premier pion sur leur première incursion : décalé par Messi, Jordi Alba envoie un centre fusant que le pauvre Juan Rodríguez dévie au fond de ses propres filets. Cette ouverture du score ouvre une autoroute pour la bande à Andrés. Au raté des onze mètres de la Pulga succède une démonstration de talent individuel et de force collective. En l’espace de vingt tours de cadran, les Culés trouvent le chemin des filets à trois reprises. Munir, sur un service involontaire de sa majesté, Neymar, sur un caviar bien intentionnel du Balon de Oro, et Messi, en solo d’une frappe sèche et soudaine, viennent garnir le tableau d’affichage du Camp Nou avant la pause.

    Le sourire d’Arda

    Un résultat presque en trompe-l’œil, donc, puisque les Catalans trouvent la barre transversale de Guaita à deux reprises par l’intermédiaire de Piqué (31e) et de Neymar (39e). Idem, la supériorité barcelonaise tranche avec la panique madrilène. Dans les faits, Medran et consorts infligent des taquets plus impuissants que violents. Et reprennent le second acte par le même supplice qu’ils terminent le premier. Car loin de se contenter de ses quatre pions d’avance, le Barça appuie sur l’accélérateur dès le coup d’envoi. Suffisant pour que Neymar, une nouvelle fois servi dans l’espace par Messi - auteur de son premier hat-trick de passes décisives en Liga -, puis Arda Turan, d’un retourné en fin de corner, aggravent la marque jusqu’au set blanc. Le bal des changements blaugrana aidant, Ligue des champions oblige, Getafe sort timidement la tête de l’eau, résumé par les deux tentatives de l’entrant Moi Gómez (66e et 69e). La fin de rencontre, elle, se résume à une séance d’entraînement sans la moindre intensité. Avec un huitième de finale retour à assurer face à Arsenal, puis deux rencontres de Liga face à Villarreal et au Real Madrid, Luis Enrique peut se rassurer, ses ouailles sont plus que prêtes. Et le penalty de Leo Messi presque déjà oublié.

      Résultats et classement de Liga
      Retrouvez toute l'actualité de la Liga

      Par Robin Delorme

      Google Bookmarks

      Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
    • Commentaires

      Aucun commentaire pour le moment

      Suivre le flux RSS des commentaires


      Ajouter un commentaire

      Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :