• Le grand écart Le coût des inégalités de genre au travail

    Septembre 2016
    2
    Synthèse
    Des centaines de millions de femmes approvisionnent
    leur famille en bois de chauffage et en eau, cuisinent,
    font le ménage et prennent soin des personnes âgées,
    des enfants et des malades tout en s’efforçant de
    gagner leur vie par le biais d’emplois qui sont moins
    bien rémunérés et plus précaires que ceux des
    hommes. Le travail qu’elles accomplissent – au sein et
    hors du foyer – est indispensable à la société. Sans lui,
    l’économie mondiale ne fonctionnerait pas. Pourtant,
    ce travail reste sous-évalué et en grande partie
    invisible.
    Pour rendre compte de l’ampleur du problème,
    ActionAid a calculé la valeur économique qu’apporterait
    la suppression des inégalités de genre au travail dans
    les pays en développement.
    Nous sommes arrivé·e·s
    à la conclusion que les femmes des pays en
    développement pourraient gagner 9 000 milliards de
    dollars (8 000 milliards d’euros) de plus si leur salaire
    et leur accès aux emplois rémunérés étaient égaux
    à ceux des hommes.
    Ce chiffre astronomique laisse
    entrevoir l’ampleur de cette injustice et des occasions qui
    échappent aux femmes pauvres d’améliorer leur propre
    vie et celle de leur famille. Cette situation ne pèse pas
    seulement sur leurs finances : les inégalités économiques
    dont elles sont victimes limitent également leurs choix
    de vie – notamment dans les domaines de la santé et
    des droits sexuels et reproductifs – et les rendent plus
    vulnérables à la violence ainsi qu’à d’autres formes de
    discrimination et d’exploitation.
    Les femmes ne sont pas les seules à subir les
    conséquences de ces inégalités. Celles-ci pèsent sur nous
    tou·te·s, notamment sur les entreprises et sur l’économie
    au sens large. En 2012, l’Organisation internationale
    du Travail (OIT) a estimé que la réduction des inégalités
    entre hommes et femmes dans le domaine de l’emploi
    permettrait d’augmenter la production mondiale de
    1 600 milliards de dollars US
    1
    . Veiller à ce que le travail
    accompli par les femmes – au sein et hors du foyer – soit
    valorisé et justement rémunéré est une composante clé
    de la lutte contre la pauvreté et en faveur de la prospérité
    pour toutes.
    Dans le monde entier, des personnes de plus en
    plus nombreuses reconnaissent que notre système
    économique doit être réformé en profondeur. De même,
    il est de plus en plus communément admis que la seule
    croissance économique sera insuffisante pour permettre
    l’avènement de l’égalité de genre, la fin de la pauvreté
    et la réduction des inégalités. Quelques gouvernements
    ont pris des mesures courageuses pour lutter contre
    les inégalités au travail. Certaines entreprises se sont
    également distinguées en comprenant que le fait de
    confier des emplois décents aux femmes était bénéfique
    pour leur pérennité et leur productivité. Mais nous devons
    encore agir pour que cette vision se généralise et que ces
    quelques exceptions deviennent la majorité.
    L’inégalité économique des femmes n’est pas une
    fatalité. L’exploitation du travail des femmes prévaut à
    cause des idées politiques injustes qui fondent notre
    économie mais aussi parce qu’elle s’enracine dans la
    discrimination de genre qui opère plus généralement
    dans la société, discrimination qu’elle contribue à
    perpétuer.
    ActionAid appelle les gouvernements,
    les institutions internationales,
    les entreprises et les employeurs
    à créer les conditions nécessaires
    pour que les femmes des pays en
    développement bénéficient des
    mêmes opportunités et droits au
    travail que les hommes et à :
    1. Garantir aux femmes l’accès à des emplois
    décents et la possibilité d’en jouir pleinement.
    2. Reconnaître, réduire et redistribuer les
    responsabilités non rémunérées de “care”, c’est-
    à-dire celles relatives aux soins, qui incombent
    actuellement de manière disproportionnée aux
    femmes.
    3. Faire en sorte que les politiques économiques
    soient mises en œuvre au profit des femmes plutôt
    qu’à leur détriment, et mettre fin à la recherche de
    la croissance à tout prix.
    4. Encourager les femmes à s’exprimer, à passer
    à l’action et à exercer leur leadership à tous les
    niveaux.
    5. Veiller à ce que la mise en œuvre, le suivi et
    l’évaluation fassent véritablement progresser les

    droits des femmes et comblent les écarts de genre au travail.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :