• Les Etats-Unis soutiennent l'opération anti-EI de la Turquie

    Les Etats-Unis soutiennent l'opération anti-EI de la Turquie

     

    Un rebelle syrien a en revanche été tué avant que les djihadistes n'abandonnent la ville.

    Il s'agit de la première incursion majeure de l'armée turque en territoire syrien mais celle-ci ne s'arrêtera pas avec la prise de Jarablos, a déclaré un responsable turc.

    La presse turque qui avait adopté un ton largement nationaliste saluait jeudi matin l'offensive et a fait état d'une centaine de jihadistes tués lors de cette opération, tel le quotidien Hurriyet qui citait des sources militaires. L'EI "n'a eu de cesse d'attaquer le territoire turc depuis la Syrie et cette opération constitue tout d'abord une riposte", estime la directrice du Centre d'études sécuritaires de l'Université de Bahcesehir (BAUCESS) à Istanbul, Gulnur Aybet.

    Côté kurde, Saleh Mouslim, chef du Parti de l'Union démocratique (PYD), a déclaré sur Twitter que la Turquie mettait en Syrie le pied dans un "bourbier" et risquait d'y subir une défaite, tout comme l'EI.

    Les rebelles syriens, soutenus par les forces terrestres et aériennes turques, ont pris mercredi la localité frontalière de Jarablos aux djihadistes du groupe Etat islamique (EI), à l'issue d'une offensive éclair, selon des groupes insurgés et une ONG."Jarablos est complètement libérée", a affirmé à l'AFP Ahmad Othmane, commandant du groupe rebelle "Sultan Mourad" ayant pris part à l'offensive pour s'emparer de cette localité située dans le nord syrien, à la frontière turque.

    Ce n'est pas parce qu'une organisation terroriste combat une autre organisation terroriste qu'elle est innocente. "Depuis plusieurs semaines et notamment la semaine dernière avec la reprise de Manbij des mains de l'Etat islamique, on constate clairement une avancée des groupes kurdes et kurdo-arabes, qui reprennent des positions à l'Etat islamique", explique Didier Billion*, directeur adjoint de l'IRIS et chercheur spécialiste de la Turquie. Presque sans combattre: les partisans de Daech se sont repliés à Al-Bab, leur dernier bastion dans le nord du pays.

    NTV a décrit une " opération chirurgicale " pour chasser les djihadistes de Jarablus. La milice kurde YPG a parlé d " ingérence flagrante dans les affaires intérieures de la Syrie ". C'est ainsi qu'il a exhorté les Nations Unies à invoquer toutes ses résolutions pertinentes sur la nécessité de mettre fin à "l'agression turque". Elle pourrait prendre la forme de soutien aérien au sol si le besoin s'en fait sentir, a expliqué ce responsable, qui voyage avec le vice-président américain Joe Biden, arrivé en Turquie ce mercredi.

    D'autant que, "hasard" du calendrier, le vice-président américain Joe Biden se trouve ce mercredi à Ankara.

    Un responsable du Pentagone a précisé que des avions de la coalition internationale - en particulier des A-10 et des F-16 américains - menaient des frappes pour aider les rebelles syriens. Les forces turques sont également appuyées par les membres de l'Armée syrienne libre (ASL), les rebelles syriens soutenus par Ankara.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :