• Ligue des Champions Face à Arsenal, Paris a trop gâché (1-1)

    Ligue des Champions Face à Arsenal, Paris

    a trop gâché (1-1)

    Le 13/09/2016 à 22:42:00 | Mis à jour le 13/09/2016 à 23:24:43      LIEN

    Après l'ouverture précoce du score dès la 1re minute par Edinson Cavani face à Arsenal à l'occasion de son entrée en lice en Ligue des champions, ce mardi au Parc des Princes, le PSG n'a pas su confirmer sa domination et s'est fait rejoindre dans le dernier quart d'heure (Alexis Sanchez, 77e).

    Football - Ligue des Champions - Edinson Cavani a manqué trop d'occasions face à Arsenal. (A. Mounic/L'Equipe)

    Edinson Cavani a manqué trop d'occasions face à Arsenal. (A. Mounic/L'Equipe)

    Le match : 1-1

    Entouré de doutes nés d’un début de saison mitigé en Championnat, le PSG ne s’est pas rassuré pour ses débuts en Ligue des champions. Pour leurs retrouvailles avec Arsenal en Coupe d'Europe, plus de vingt ans après leur unique confrontation avec le club londonien (demi-finales de la Coupe des Coupes 1993-1994), les champions de France ont longtemps mené avant de se faire rejoindre par des Gunners volontaires (1-1), ce mardi dans un Parc des Princes archi-bouillant. Et pas seulement à cause des fortes températures qui étouffent la capitale en cet été indien.
    Devant 2200 supporters anglais et des tribunes à nouveau bruyantes (il y avait bien longtemps qu'on avait eu une telle ambiance au Parc), les joueurs d’Unai Emery ont eu de nombreuses opportunités de tuer la rencontre. Sans y parvenir. Comme les saisons précédentes, cet échec face à l’équipe supposée la plus forte du groupe pourrait avoir des conséquences sur la première place du groupe A.

    Parfaitement lancés par l’ouverture du score express de Cavani (1re), les Parisiens semblaient pourtant s’être rassurés dans le jeu en première période. Après la défaite à Monaco (1-3) et le match nul contre Saint-Etienne (1-1), ils ont montré beaucoup plus de certitudes dans leurs intentions, ce qui leur a tout de suite offert des occasions. Rabiot (10e), Di Maria (13e) et Cavani par deux fois (34e et 43e) auraient pu les mettre à l’abri. Mais chaque opportunité non transformée a mis en évidence la maladresse parisienne. Au fil des minutes, à mesure que les balles de 2-0 filaient dans un second acte très ouvert et totalement débridé (53e, 68e, 69e, 71e), l’inquiétude envahissait les travées du stade parisien. Puis le couperet est tombé.

    Jusque-là impeccable, Alphonse Areola, lancé dans le grand bain en C1 trois ans après son dernier match officiel avec le PSG (victoire 3-1 à Lorient, en mai 2013), a dû s’incliner face à une reprise d’Alexis Sanchez (78e). Le jeune gardien a ensuite évité le pire aux siens en repoussant une tentative d’Iwobi (83e). A force de trop gâcher, Paris s’est sabordé. Et ce n’est pas tout puisqu’il a aussi perdu Marco Verratti, expulsé dans les derniers instants (90e) après un accrochage avec Olivier Giroud, lui aussi exclu.

    Seule bonne nouvelle pour le PSG, le FC Bâle et Ludogorets se sont aussi neutralisés (1-1).

    Les joueurs : Cavani et Aurier, héros potentiels mais...

    Cavani dans la lumière puis l'ombre
    Même s’il a inscrit le but le plus rapide de l’histoire du PSG en Ligue des champions, d’une tête smashée sur un centre d’Aurier, après 42 secondes exactement - mieux qu’en 2013 face à l’APOEL Nicosie (54'') -, Edinson Cavani a aussi manqué de nombreuses occasions de mettre le PSG à l’abri (34e, 43e, 69e et 80e). Les supporters ont eu beau l’encourager après chaque duel manqué face à Ospina, l’Uruguayen peut regretter de ne pas avoir été plus adroit, pour faire taire toutes les critiques.

    Aurier a (presque) tout réussi
    De retour de blessure, Serge Aurier a fait un bien fou à son équipe. Toujours aussi tonique, l’international ivoirien a non seulement offert une passe décisive pour Cavani, mais il a aussi beaucoup donné en défense, pour bloquer son couloir. Peut-être même un peu trop, puisqu’après un choc (66e), il est resté au sol avant de quitter la pelouse en fin de match. A peu de choses près, s’il avait réussi à tromper Ospina (68e), il aurait été le héros du match.

    En treize déplacements sur le sol français en coupes d'Europe, Arsenal n'a toujours pas perdu face à un club de l'Hexagone. Avec ce résultat, il totalise désormais huit victoires et cinq matches nuls.
    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :