• Mort de Jean-Claude Decaux, le roi de l’affichage qui n’aimait pas s’afficher

    Mort de Jean-Claude Decaux, le roi de l’affichage qui n’aimait pas s’afficher

    LIEN

    Publié le 27/05/2016 à 19:28

    Jean-Claude Decaux, l'inventeur de l'abribus financé par la publicité et fondateur du groupe d'affichage publicitaire JCDecaux, le 21 septembre 1978 à Plaisir-Sainte-Appoline près de Paris

    Jean-Claude Decaux, l'inventeur de l'abribus financé par la publicité et fondateur du groupe d'affichage publicitaire JCDecaux, le 21 septembre 1978 à Plaisir-Sainte-Appoline près de Paris

    AFP/PIERRE GUILLAUD

     

    L’inventeur de l’Abribus est décédé à l’âge de 78 ans. Depuis déjà trois ans, ses fils sont aux commandes de cet empire où les vraies stars sont les Abribus, les panneaux déroulants et les Vélib’. Un comble : les rois de l’affichage ont toujours détesté s’afficher. Le patriarche a toujours refusé de figurer au «Who’s Who» et de recevoir la Légion d’honneur. Il y a quelques années, Capital avait révélé les petits secrets de la famille très discrète. Morceaux choisis.

    Leur "Decauxland". Un Abribus signé Philippe Starck, une colonne Morris revisitée par Jean-Michel Wilmotte, des panneaux interactifs futuristes : au siège de Plaisir, une voie de 220 mètres de long faisant office de showroom a été aménagée pour en mettre plein la vue aux maires. Autre attrait de la visite, une auberge campagnarde y a été reconstituée pour les accueillir à déjeuner. Et après avoir admiré les 400 pieds de rosiers nourris à l’engrais naturel (du marc de café récupéré dans les distributeurs de boissons du siège), ces derniers repartent avec un pot de miel maison, fruit de la ­récolte des quinze ruches installées il y a trois ans, à la demande de Jean-Claude, sur un domaine de plusieurs hectares.

    Leur obsession de la propreté. La grand-mère de Jean-Claude Decaux, qui l’a en partie élevé, à Beauvais, passait son temps à briquer sa maison, au point de laver soigneusement son canari chaque semaine. Le fondateur de JC­Decaux avait hérité de cette manie. «Je suis intransigeant sur les détails», prévenait-il les cadres lors des en­tretiens d’embauche. Parmi ses exigences : le port d’une chemise claire, d’une cravate, d’un costume sombre et de chaussures impeccablement cirées. Toujours tirés à quatre épingles, ses fils sont tout aussi rigoristes : pas de «Friday wear» chez Decaux, où chacun doit par ailleurs garer sa voiture le nez ­devant le mur du parking, afin d’éviter les salissures pro­jetées par le pot d’échappement. Et tout salarié est prié de donner l’alerte par numéro spécial s’il tombe par hasard sur un Abribus mal entretenu.

    Leur machine à gagner les appels d’offres. Ne jamais renoncer ! C’est l’une des devises inculquées par Jean-Claude à ses troupes. Clear Channel, le grand rival, l’a appris à ses dépens. En 2007, c’est ce géant américain de l’affichage qui avait remporté l’appel d’offres pour exploiter les futurs Vélib’ à Paris. Qu’à cela ne tienne : les redoutables juristes de JCDecaux SA ont déniché une minuscule faille dans les documents de leur concurrent (un article mal rédigé), saisi le Conseil d’Etat pour faire annuler l’appel d’offres avant de soumettre une nouvelle proposition à prix cassé.

    Leurs loisirs ultrasélects. Côté sport, le patriarche avait des plaisirs simples : c’est à vélo qu’il aimait décompresser le week-end, en pédalant dans la forêt de Rambouillet ou à La Baule, parfois en compagnie de son ami Nicolas Sarkozy. Mais ses fils ont choisi des disciplines bien plus aristocratiques. L’aîné, Jean-François, est un fan de polo. Quant au cadet, Jean-Charles, il est fondu de régates.

    Leur cagnotte secrète. Avec un patrimoine professionnel estimé à 5,9 milliards d’euros, la famille Decaux figure dans le top 20 des fortunes françaises. Elle contrôle 65% des actions du groupe. 

    Retrouvez l'intégralité de l'enquête de Capital : Les petits secrets de la famille Decaux.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :