• NICE. Les incohérences de la version de Sandra Bertin

    NICE. Les incohérences de la version de Sandra BertinConférence de presse de Sandra Bertin, policière municipale à Nice (VALERY HACHE / AFP)

    LIEN

    La policière municipale de Nice affirme avoir reçu des pressions du ministère de l'Intérieur mais son rapport n'est pas adressé à un membre du cabinet de Bernard Cazeneuve.

     

    Au "Journal du dimanche", dans une interview publiée ce week-end, la policière municipale Sandra Bertin, responsable du service de vidéo surveillance de la ville de Nice, a affirmé avoir subi des pressions de la place Beauvau pour modifier son rapport sur la nuit du 14 juillet. Déclenchant ainsi une retentissante polémique, désormais plus politique que sécuritaire, quelques jours après la mort de 84 personnes écrasées par un camion sur la Promenade des Anglais.

    Sandra Bertin donc, affirme - d'abord au JDD puis lors d'une conférence de presse dimanche soir - avoir reçu des pressions du ministère de l’Intérieur via un commissaire puis une personne jointe par téléphone au lendemain de l’attentat, pour qu’elle modifie son rapport sur le dispositif de sécurité mis en place pour le feux d'artifice. 

    Les documents que "l'Obs" a pu consulter montrent que les personnes évoquées par Sandra Bertin n'appartiennent pas au cabinet de Bernard Cazeneuve. Et que la policière municipale de Nice a difficilement pu l'ignorer...

    Sandra Bertin face à Bernard Cazeneuve : la polémique en 6 actes

    Pas d'échange avec le ministère de l'Intérieur 

    A 17h35, le 15 juillet, Sandra Bertin envoie son rapport concernant la nuit du drame, comme il lui a été demandé. Ce document, que "l'Obs" a pu consulter, montre qu'il a été envoyé à l'interlocutrice dénoncée par Sandra Bertin pour avoir exercé des pressions sur elle. Mais cette dernière n'est en aucun cas une membre du cabinet du ministre de l’Intérieur. Il s'agit d'une commissaire de police qui travaille au Centre d'information de la police nationale (CIPN), chargée de faire des comptes rendus sur les interventions de la police nationale.

    Un commissaire envoyé par la direction de la sécurité publique

    Dans son témoignage, la policière municipale de Nice dénonce également la présence d'un commissaire à ses côtés lors de la rédaction du rapport. Elle explique que celui-ci était envoyé par le ministère de l'Intérieur... Sauf que ce dernier a été envoyé par le Directeur de la sécurité publique de Nice pour l'assister dans la rédaction de ce fameux rapport. L'homme, dont le nom est mentionné au début du rapport, est en poste dans les Alpes-Maritimes et non à Paris. Sandra Bertin pouvait-elle l'ignorer ?

    L'avocat de cette dernière explique que les interlocuteurs de Sandra Bertin se sont en tous cas présentés à elle comme travaillant pour le ministère de l'Intérieur...

    Directeur général de la police nationale, Jean-Marc Falcone a confirmé dimanche que la police nationale – et non le ministère de l’Intérieur – a envoyé un commissaire, puis un commandant "pour obtenir grâce à la vidéosurveillance la chronologie des événements du 14 juillet au soir". Il a aussi confirmé que la demande d’un format modifiable visait à "permettre une technique de copier-coller pour faciliter la rédaction de la note".

    Nice : le patron de la police au secours de Bernard Cazeneuve

    Communication interne

    Ce rapport n'a en effet rien à voir avec la procédure judiciaire ouverte après les attentats. Il n'a qu'une seule utilité : la communication interne. A partir de ce document, le CIPN rédige une note (d'ailleurs très succinte, comme "l'Obs" a pu le constater) à destination du ministère et du directeur général de la police.

    Dans cette note, une seule phrase du rapport est reprise  et concerne l'endroit où le camion a pu franchir les barrages de police :

    "Le plan étant large il est difficile de réellement distinguer la montée du camion sur la chaussée "

    Aucune mention à la police nationale

    Sandra Bertin affirme que le commissaire présent a tenté de faire pression sur elle pour qu'elle décrive la présence de la police nationale sur les lieux du drame. Elle explique, toujours au "JDD" : 

    "J'ai alors eu affaire à une personne pressée qui m'a demandé un compte rendu signalant des points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l'on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité."

    Dans le rapport, pourtant, nulle mention du dispositif policier n'apparaît. Il ne propose qu'une description minutée du carnage sur la Promenade des Anglais. Une seule fois, la présence de la police nationale est mentionnée :

    "Vingt-deux heures trente-cinq minutes et quinze secondes : visualisons un agent de la police nationale à pied courir derrière le camion"
    "Vingt-deux heures trente-cinq minutes et vingt secondes : visualisons un agent de la police municipale à pied courir derrière le camion ; le véhicule se situe alors à l’intersection de la Promenade des Anglais et de la rue Meyerbeer."

    Violette Lazard et Louis Morice

    L'Obs

    L'Obs

    Journaliste

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :