• Salon de l'Agriculture. Hollande hué, heurts et interpellations

    Direct

    Salon de l'Agriculture.

    Hollande hué,

    heurts et interpellations

    • Le président François Hollande est arrivé ce samedi matin à 6h46 au Salon de l'Agriculture à Paris. Une visite à hauts risques - et mouvementée.
    • Le président François Hollande est arrivé ce samedi matin à 6h46 au Salon de l'Agriculture à Paris. Une visite à hauts risques - et mouvementée. | AFP / Marc Ollivier - Ouest-France
    • François Hollande au Salon de l'Agriculture à Paris.
    • François Hollande au Salon de l'Agriculture à Paris. | Capture écran

    Le président François Hollande est arrivé ce samedi matin à 6h46 au Salon de l'Agriculture à Paris. Une visite à hauts risques - et mouvementée.

    Un président hué et insulté par des éleveurs, le stand du gouvernement démonté par des manifestants, et des éleveurs qui crient leur détresse : le salon de l'Agriculture s'est ouvert ce samedi matin dans un climat d'extrême tension.

    Crise, tension, déprime, le Salon de l'Agriculture, qui s'ouvre ce samedi matin à Paris en présence de François Hollande, n'avait il est vrai pas le cœur à la fête.

    Et ce n'est pas un hasard si le président de la République est arrivé aux aurores, ce matin porte de Versailles à Paris, pour inaugurer un Salon qui s'est ouvert dans un climat de tension, en pleine crise de l'élevage...

    11h45. « Pas de poursuites » après les heurts au Salon de l'AgricultureDeux agriculteurs ont fait l'objet d'un contrôle d'identité et vont être libérés sans poursuites, après le démontage d'un stand du gouvernement en pleine visite du président au Salon de l'Agriculture. C'est ce que vient d'annoncer le préfet de police de Paris, Michel Cadot. 

    « Deux personnes ont été conduites dans un car pour un contrôle d'identité. Elles sont en cours de remise en liberté. Dans la mesure où les incidents ont été assez limités puisqu' il s'agissait de matériels légers et qu'il y avait un engagement de mettre un terme à cette action il n'y aura pas de poursuites », a déclaré le préfet, présent au Salon. 

    « C'était clairement une action qui avait été coordonnée puisqu'ils sont tous arrivés au même moment, munis de sifflets et avec la volonté très claire de mener une action de force sur le stand du ministère », a commenté le préfet de police. 

    « L'intervention des agents et de la police s'est faite de manière proportionnée mais les manifestants ont résisté. Et cela a conduit aux affrontements », a-t-il ajouté. 

    11h05. Xavier Beulin (FNSEA) appelle au calmeAu Salon de l'Agriculture, Xavier Beulin, président de la FNSEA, appelle au calme et à la dispersion des manifestants. « L'incident est clos », a-t-il déclaré à propos du démontage du stand du ministère de l'Agriculture, peu plus tôt dans la matinée.

    Au Salon de l'Agriculture, Xavier Beulin, président de la FNSEA, appelle au calme et à la dispersion des manifestants.
    Au Salon de l'Agriculture, Xavier Beulin, président de la FNSEA, appelle au calme et à la dispersion des manifestants. | Marc Ollivier / Ouest-France

    10h50. Hollande : « Ne pas confondre toutes les colères »François Hollande estime qu'il ne fallait « pas confondre toutes les colères », entre agriculteurs pour certains « au bord de la disparition » et contestation du projet de loi réformant le droit du travail, sur lequel il entend « trouver le bon équilibre ».

    « Il ne faut pas confondre toutes les colères. Là, il y a une production, des éleveurs qui sont, non pas en difficulté, mais pour certains d'entre eux au bord de la disparition (...) Si les agriculteurs viennent à disparaître, si les exploitations viennent à fermer, c'est tout le pays qui aura à en souffrir », vient de déclarer le président de la République en marge de sa visite du Salon de l'Agriculture à Paris.

    « Par ailleurs, il y a des réformes qu'il faut faire, des équilibres qu'il faut trouver, un dialogue qu'il faut engager (....) Mon rôle, c'est de trouver le bon équilibre, de faire avancer la France et de ne jamais être dans l'idée que le mieux à faire, c'est de ne rien faire », a-t-il insisté, sans citer le projet de loi El Khomri dénoncé par les syndicats et une partie de la gauche.

     

    Au Salon de l'agriculture, Hollande appelle à revoir la loi sur la grande distribution http://bit.ly/21yJENu 

     


    10h30. Plusieurs interpellations parmi les manifestantsDes heurts éclatent depuis ce matin au Salon de l'Agriculture à Paris, où le stand du ministère de l'Agriculture a été totalement démonté par des membres de la FNSEA, dont plusieurs ont été interpellés selon le syndicat agricole.

    Des CRS sont intervenus pour maîtriser les manifestants qui ont détruit les parois et le mobilier du stand, et les ont mis à l'écart. Certains manifestants ont été blessés, l'un se retrouvant le nez en sang.

    Damien Greffin, président de la FDSEA Ile-de-France, indique de son côté que « deux agriculteurs ont été interpellés », et que leurs collègues ne repartiraient pas sans eux du salon. Un autre responsable du syndicat a évoqué ensuite cinq interpellations, indiquant avoir eu l'assurance qu'ils seraient « libérés sans poursuites »

    D'après plusieurs participants, les manifestants voulaient entourer de cellophane le stand pour protester contre les normes qui étouffent leur activité et déployer une banderole marquée « Hollande Le film, fossoyeur de l'agriculture ».

    Des heurts ont éclaté ce samedi matin au Salon de l'Agriculture à Paris, où des manifestants ont totalement démonté le stand du ministère de l'Agriculture.
    Des heurts ont éclaté ce samedi matin au Salon de l'Agriculture à Paris, où des manifestants ont totalement démonté le stand du ministère de l'Agriculture. | Marc Ollivier / Ouest-France

    10h20. Réaction de l'entourage du président : « La colère oui, la violence non »« On peut entendre la colère. La violence, les dégradations matérielles, non », réagit l'entourage du président, en réaction à ces heurts.

    10h15. Dominique Barreau (FNSEA) : « Voilà l'exaspération, voilà où on en est ! »Des manifestants se sont de nouveau confronté aux forces de l'ordre, en tentant de bloquer une camionnette dans laquelle leurs collègues interpellés avaient été embarqués. 

    « Je suis aux côtés des agriculteurs d'Ile-de-France qui sont venus dire haut et fort devant le stand (...) que les producteurs agricoles de ce pays ne se sentaient pas des citoyens. Voilà l'exaspération, voilà où on en est! », explique le secrétaire général du syndicat agricole, Dominique Barreau.

    « Notre action est légitime, nous ne pouvons plus nous contenter de n'avoir que des discours, on veut des actes », a lancé Jérôme Despey, secrétaire général adjoint de la FNSEA.

    10h10. Des CRS prennent position devant une des entrées du SalonDes CRS prennent place devant l'entrée du Salon qui mène au stand du ministère de l'Agriculture, démonté par des manifestants.
    Des CRS prennent place devant l'entrée du Salon qui mène au stand du ministère de l'Agriculture, démonté par des manifestants. | Marc Ollivier / Ouest-France

    9h45. H9h30. Concert de sifflets pour François HollandeVidéo de Marc Ollivier / Ouest-France (attention, cela fait du bruit) :

    eurts autour du stand du ministère de l'AgricultureDes heurts ont éclaté ce samedi matin au Salon de l'Agriculture à Paris, où des manifestants ont totalement démonté le stand du ministère de l'Agriculture. 

    Des CRS sont intervenus pour maîtriser les manifestants. 

    Après cette action, plusieurs dizaines de ces manifestants ont continué à manifester leur mécontentement à grands coups de sifflets durant plusieurs minutes. 

    9h30. Concert de sifflets pour François HollandeVidéo de Marc Ollivier / Ouest-France (attention, cela fait du bruit) :



    9h20. Hollande : la loi sur la grande distribution « doit être revue »Sifflé, hué, voire insulté, François Hollande tente de faire passer son message. Entre deux stands du Salon de l'Agriculteur, il réafffirme notamment que la loi sur la grande distribution « doit être revue ».

    Le président indique qu'il faut faire pression sur la grande distribution et revoir la loi de modernisation de l'économie (LME), qui a déréglementé les négociations entre fournisseurs et distributeurs pour la fixation des prix agricoles. 

    « Il y a des pressions qu'il faut exercer ici en France sur la grande distribution », accusée de contribuer à faire chuter les prix payés aux éleveurs, a-t-il déclaré. « Une loi a été votée il y a quelques années », a-t-il rappelé, allusion à la LME votée en 2008 sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, ajoutant : « Elle doit être revue »

    Avec l’effondrement généralisé des cours agricoles qui frappe en particulier les éleveurs, plus de 40 000 exploitations sont en situation d’extrême urgence, selon le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, qui accompagne son président chahuté.

    Plus de 60 000 (sur 490 000) ont réclamé de l’aide alors qu’un éleveur de porcs, en Bretagne, perd jusqu’à 6.000 euros par semaine.

    La tension monte porte de Versailles, au Salon de l'Agriculture : manifestations, sifflets, slogans, huées...
    La tension monte porte de Versailles, au Salon de l'Agriculture : manifestations, sifflets, slogans, huées... | Marc Ollivier / Ouest-France 8h55. Hollande aux éleveurs : « Les cris de détresse, je les entends » Le président François Hollande a affirmé entendre les « cris de détresse » des éleveurs, qui l'ont sifflé et insulté au début de sa visite ce samedi matin au Salon de l'Agriculture. 

    « Les cris de détresse, je les entends (....) La colère, je préfère qu'elle s'exprime à l'occasion de ce salon qu'à l'extérieur », et « c'est une demande très forte qui est exprimée », a déclaré le président, durant la suite de sa visite.



    8h15. Insultes et noms d'oiseaux pour François Hollande« C'est l'état d'urgence pour l'élevage ! », lance l'un des agriculteurs au passage du présidetn François Hollande, qui visite les halls de la porte de Versailles à Paris.

    « Bon à rien !», « on n'est pas des migrants »« fumier » et autres insultes parfois très vives fusent tandis que le président progresse au milieu d'une haie hostile d'éleveurs. 

    « Il s'en fout complètement de nous !», clame un autre. « Ça fait un an qu'on mène des actions en France, personne ne nous écoute », renchérit un troisième. 

    Un agriculteur aurait même tenté de lancer une bouse de vache sur François Hollande.

    Le président, accompagné du ministre du l'Agriculture Stéphane Le Foll, n'a pas interrompu pour autant sa visite. 



    François Hollande et Xavier Beulin (à dr.).
    François Hollande et Xavier Beulin (à dr.). | AFP

    7h50. Des agriculteurs sifflent François Hollande en scandant « Démission »Des agriculteurs, revêtus pour certains de tee-shirts noirs marqués « Je suis éleveur je meurs », ont sifflé le président François Hollande en scandant « Démission ! », une heure après son arrivée au Salon de l'agriculture.

    « La colère, je l'entends, je la comprends » a expliqué le président à un agriculteur, alors que sifflets et huées fusaient, sans interrompre sa visite.

     


     
    7h30. Hollande s'engage à « tout faire »Le président François Hollande s'est engagé à « tout faire » pour aider les agriculteurs en difficulté, peu après son arrivée au Salon de l'agriculture à Paris en compagnie de son ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

    « Si je suis là aujourd'hui c'est pour montrer qu il y a une solidarité nationale », et « on va tout faire » pour aider l'agriculture, car « en défendant l'agriculture je défends toute la nation », a déclaré le président. 

    Il a rappelé les mesures prises par le gouvernement, dont la baisse de dix points des cotisations, et souligné qu'au conseil européen du 7 mars, il évoquerait « la crise agricole avec la question de l'embargo russe »



    7h20. Hollande appelle la grande distribution à un « effort de solidarité »Le président a renouvelé son appel à la responsabilité aux groupes de distribution, dont les négociations tarifaires annuelles avec leurs fournisseurs s'achèvent dans deux jours.

    « La grande distribution doit comprendre qu'elle doit faire un effort de solidarité et qu'elle ne doit pas faire la pression pour qu'ils baissent leurs tarifs sur un certain nombre de producteurs, qui ont été traités dans des conditions qui ne sont pas acceptables », a-t-il lancé. 

    « Des contrôles doivent se faire, on les fait », a-t-il encore ajouté. 

    Le général de Gaulle au Salon de l'Agriculture, le 7 mars 1968

    7h15. Avant d'aller voir Cerise, les premières déclarations de François HollandeAvant même de sacrifier à la rituelle photo, la main sur la tête de la mascotte  du salon - Cerise cette année -, le dialogue s'est engagé.

    L'Elysée a prévu de longues heures dans le grand Hall 1 du Parc des expositions de la porte de Versailles, pour que le chef de l'Etat aille à la rencontre de chaque exposant.

    Cerise, la mascotte du Salon de l'Agriculture 2016.
    Cerise, la mascotte du Salon de l'Agriculture 2016. | AFP

    7h10. Hollande plaide pour le savoir-faire français« Le savoir-faire français ne doit pas disparaître », a déclaré le chef de l'État. « En défendant l'agriculture, je défends toute la nation », a ajouté François Hollande.

    6h55. Hollande s'entretient avec Xavier Beulin (FNSEA)Le président de la république a commencé sa visite du Salon de l'Agriculture par un entretien d'une dizaine de minutes avec le président de la FNSEA Xavier Beulin, qui l'a accueilli accompagné de membres du syndicat drapeaux à la main. 

    « Je vais lui rappeler la profondeur et la durée de la crise », a confié M. Beulin. 

    « Vous arrivez dans un contexte difficile, a déclaré peu après le leader de la FNSEA au Président. Un contexte de crise profonde. Elle dure », et « il y a beaucoup de désespérance, beaucoup de colère »

    6h45. François Hollande arrive au SalonIl vient d'arriver. Il est tôt. très tôt : 6 h 45. Le président François Hollande est arrivé ce samedi matin au Salon de l'Agriculture à Paris. Il est vrai que l'événement s'ouvre cette année dans un climat de tension, en pleine crise de l'élevage.

     


    6h30. La FNSEA attend HollandeLa FNSEA a adressé un questionnaire en 13 points sur les problématiques agricoles. « Les politiques qui n'auront pas répondu feront mieux de ne pas s'arrêter à notre stand » prévient Xavier Beulin.

    « Le cul des vaches, le petit verre qui va bien et le sourire sur photo... aujourd'hui on est sur autre chose » avertit-il carrément.

     


     Le plan du Salon de l'Agriculture 2016 :Le plan du Salon de l'Agriculture 2016, porte de Versailles à Paris.
    Le plan du Salon de l'Agriculture 2016, porte de Versailles à Paris. | Visactu

    Agriculture, les chiffres en Europe et en France :Agriculture : les chiffres en Europe et en France
    Agriculture : les chiffres en Europe et en France | Visactu


    A lire aussi

     

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :