• Espagne Le Barça et Messi si faciles

    Le 03/03/2016 à 22:48:00 | Mis à jour le 04/03/2016 à 07:02:11 | Lien
    Le FC Barcelone s'est imposé aisément chez le Rayo Vallecano (5-1), avec un triplé de Lionel Messi (et un penalty raté de Suarez). Les Catalans reprennent huit points d'avance sur l'Atlético de Madrid.
     

    Le match : 5-1

    Et si en plus, on leur offre des buts... Le trio Messi – Suarez – Neymar était encore en train de chercher ses réglages quand le gardien de but du Rayo Vallecano a fait cadeau de l’ouverture du score au Barça : sur un centre anodin, il relâchait le ballon dans les pieds d’Ivan Rakitic qui marquait dans le but déserté (22e). Ensuite, Messi et son orchestre ont joué leur partition habituelle et l’Argentin s’est offert un triplé sans vraiment forcer : une frappe à contre-pied après un une-deux avec Neymar (24e), une reprise opportuniste après un poteau de Suarez (53e) et une frappe croisée après une passe en profondeur (72e). Manucho avait réduit le score pour l’honneur (57e) mais  face à une équipe réduite à neuf pour les vingt dernières minutes, le Barça a assuré le show jusqu’au bout (5-1) : centre puissant du Français Jérémy Mathieu pour la tête de Turan (86e) – son premier but avec le maillot blaugrana.    Avec cette victoire facile contre une équipe de Madrid, l’équipe de Luis Enrique reprend 8 points d’avance sur l’Atlético et 12 sur le Real. Elle aligne surtout un 35e match sans défaite toutes compétitions confondues, un record de plus à son actif en Espagne. 

    L'action : encore un penalty raté

    Alors qu'ils débordent de génie dans le jeu, Messi, Neymar et Suarez galèrent sur les penalties : déjà 7 ratés sur les 13 tentés cette saison. Jeudi soir, Lionel Messi, tireur habituel, a laissé l'Uruguayen s'en charger pour conforter sa place de meilleur buteur du Championnat. Suarez a tiré en force mais a buté sur le gardien de but Juan Carlos. Et si la meilleure méthode était de les tirer à deux, à la Cruyff...  Auparavant, l'Argentin avait déjà laissé un coup franc très bien placé à Neymar mais le Brésilien avait frappé sur la barre transversale. 
    OptaJean ‎@OptaJean

    7 - Barcelone a manqué 7 penalties en Liga cette saison, + que toute autre équipe de l'élite sur un même exercice au XXIe siècle. Curieux.

     

     
    2 Le Rayo Vallecano a récolté deux cartons rouges : Llorente pour un tacle avec pied décollé sur Rakitic (42e) et Iturra pour un tacle par derrière dans la surface (68e). A dix pendant 26 minutes puis à neuf pendant les 22 dernières, le Rayo ne pouvait rien faire.
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Neymar et son secret enfin révélé…

     

     

    Après chaque match intense, Neymar enfile son drôle de pantalon...

    Après chaque match intense, Neymar enfile son drôle de pantalon... (twitter_@neymarjr)

     

    Par Sylvain Labbe
    Publié le 2 mars 2016 à 11h55Mis à jour le 3 mars 2016 à 12h09

     

    Si la MSN du Barça est encore inarrêtable cette saison, c’est aussi parce qu’elle échappe aux gros pépins physiques. Neymar en est le parfait exemple qui bénéficie d’une technologie de pointe pour se préserver et récupérer après chaque match.

     

    Qu’elle est loin l’époque de George Best lorsque l’ancienne tête brulée de Manchester United vivait sa carrière sans contrainte et en s’adonnant à toutes les addictions, ou presque. Quarante ans plus tard et un Cristiano Ronaldo, modèle d’hygiène de vie, s’astreint, lui, à un régime draconien, destiné à maintenir la star portugaise au plus haut niveau. Jusqu’à 35 ans ou plus encore.

     

     

    Ronaldo, sa recette d’Apollon pour durer http://www.sports.fr/football/espagne/articles/ronaldo-sa-recette-d-apollon-pour-durer-1458843/ 

     

     

    Neymar, son rival, n’échappe pas à ce souci permanent de soigner son physique soumis aux cadences infernales du calendrier. La photo publiée par l’attaquant du Barça à l’issue de la victoire face à Séville dimanche (2-1) montre ainsi le Brésilien, non seulement avec une poche de glace placée sur son épaule, soumise à un choc face aux Andalous, mais surtout équipé d’un appareillage mystérieux. Avec cette légende : "Après le match".

    
	</div><div id=Google Bookmarks


    votre commentaire
  • OL-PSG: Laurent Blanc s'en prend à ses joueurs «trop moyens»

     

    FOOTBALL:

    Le PSG s'est incliné pour la première fois de la saison en Ligue 1 à Lyon (2-1)...  Lien

     

    Laurent Blanc lors du match entre le PSG et Reims le 20 février 2016. Laurent Blanc lors du match entre le PSG et Reims le 20 février 2016. - J.E.E/SIPA

     

    R.B. avec AFP

     

     

    Le Paris SG a été «trop moyen, pour ne pas dire plus», a déploré son entraîneur Laurent Blanc qui a pointé l'«état d'esprit» de son équipe et la qualité de son adversaire pour expliquer la première défaite de sa saison en championnat à Lyon (2-1) dimanche.

     

    Qu'est-ce qui a manqué au Paris SG ce soir (dimanche)?

     

    On a été trop, trop, moyen, pour ne pas dire plus, pour espérer davantage dans ce type de match. Lyon était fort ce soir (dimanche), ils ont tout fait pour gagner ce match: il y avait l'état d'esprit, l'agressivité et la qualité technique. Ce n'est pas illogique qu'ils gagnent. Notre première mi-temps a été très faible, il y a eu une petite réaction en seconde mais Lyon a amplement mérité sa victoire. La semaine s'est très bien passée pour nous pourtant, est ce qu'il y a eu une décompression ? Peut-être. Quand vous n'avez pas l'état d'esprit nécessaire, vous faites des erreurs inhabituelles, mais je ne veux pas blâmer mon équipe, plutôt saluer la victoire de Lyon. Ce qui n'arrive pas toujours quand c'est Lyon qui perd...

    >> A lire aussi : Les cinq clés ayant permis aux Lyonnais de vaincre Paris

    Les absences de Marco Verratti et Angel Di Maria, forfait sur blessure, ont-elles beaucoup pesé dans cette défaite?

     

    On ne peut pas évoquer cela. Je pourrais, mais je pense que le problème était trop collectif ce soir. Je me demande si, avec cette apathie, quels que soient les joueurs face à cette belle équipe de Lyon, ils (les Lyonnais, ndlr) n'auraient pas gagné aussi. Quand on a fait cette série (d'invincibilité, ndlr), battu ces records, on n'avait pas toujours la même équipe, donc ce n'est pas une question d'équipe mais d'état d'esprit de l'équipe. Il ne suffit pas de se présenter dans un stade de foot, très beau - je félicite d'ailleurs Lyon et ses dirigeants de l'avoir fait construire - pour gagner. On n'a pas toujours été bons dans le premier quart d'heure, ou dans la dernière demi-heure, mais jusque là on avait la solidité défensive pour ne pas prendre de but.

     

     

    Votre série d'invincibilité s'arrête donc à 36 matchs. Craignez-vous que le fait de ne plus avoir ce record à battre donne un motif de motivation en moins à votre équipe?

     

    Quand je vois les dix dernières minutes, alors qu'on peut revenir et préserver cette invincibilité, je me dis que ce soir on a été trop moyen pour faire quoi que ce soit, trop moyen pour gagner tout simplement, même si c'est Paris, même si c'est mon équipe. Aujourd'hui, cette mentalité, cette agressivité, cet engagement qui nous ont permis de faire cette série avaient disparu, mais il est possible qu'on retrouve rapidement l'état d'esprit.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Super League : les Dragons Catalans

    victorieux 32 à 28 sur Leeds

    Avec 2 défaites au compteur, dont un humiliant 38-10 concédé à domicile face à Hull FC, il y a 15 jours, les Dragons étaient dos au mur. Renforcés par la nouvelle recrue Willie Mason, les Catalans se sont rachetés en s’imposant de justesse, 32 à 28, samedi soir, face au tenant du titre Leeds.

    • FD avec S.Girard et A.Sabatier
    • Publié le 27/02/2016 | 20:57, mis à jour le 27/02/2016 | 21:10  Lien
       
    Perpignan - le talonneur Eloi Pélissier à l&#039;issue de la victoire des Dragons contre Leeds 32 à 28 - 27 février 2016. © F3 LR A.Sabatier

    © F3 LR A.Sabatier Perpignan - le talonneur Eloi Pélissier à l'issue de la victoire des Dragons contre Leeds 32 à 28 - 27 février 2016.


    Les Perpignanais sont allés au bout du suspens pour cette 3ème journée de Super League

    Après avoir joué avec la peur au ventre pendant la première période, les Dragons ont emballé la rencontre dès la reprise en inscrivant deux essais sur leurs deux premières chaines de tenus (24-8 à la 45’). Mais le scénario idyllique va très vite se noircir. Les Rhinos sont touchés, mais pas coulés et les Catalans dominent sans tuer le match.

    Leeds inscrit deux essais en contre et revient dans la partie. Au même moment, des trombes d’eau s’abattent sur les gradins de Gilbert Brutus. Le doute s’installe. Dave Taylor au ras du tenu redonne 10 points d’avance aux Catalans à l’heure de jeu (30-20). Mais la pluie redouble d’intensité et alors que les supporters de Perpignan se réfugient dans le haut des tribunes, les anglais surfent sur l’orage et reviennent encore au score.

    Le ¾ centre de Leeds Kallum Watkins plonge en coin et ramène les siens à deux petits points. Un court avantage que les Dragons sauront conserver sur un terrain devenu piscine et un ballon savonnette qui fera trembler Gilbert Brutus jusqu’à la sirène.
    Au final, l’essentiel est là. Les Dragons, sans rendre une copie parfaite, sont venus à bout du champion en titre et ont rassuré leur public en décrochant leur première victoire de la saison.

    Retrouvez le classement des Dragons catalans en Super League.
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’Afrique va peser lourd lors de

    l’élection

    du président de la FIFA

    Un supporter de football devant le Hallenstadion à Zurich, avant le congrès de la FIFA, le 26 février.

    Vendredi 26 février, à Zurich (Suisse), le congrès de la

    Fédération internationale de football (FIFA) élira le successeur

    de Joseph Blatter. Le Suisse était à la tête de la FIFA depuis

    1998 mais a été suspendu, le 21 décembre 2015, pour une

    durée de huit ans par la commission d’éthique de la Fédération internationale. Une suspension réduite à six ans en appel, mercredi 24 février, par la commission des recours de

    l’instance. Cinq candidats sont en lice :

    • ­Le cheikh Salman, 50 ans, est présenté comme le favori. Membre de la famille royale du
    • Bahreïn et président de la Confédération asiatique de football (AFC) depuis 2013, le cheikh Salman ben Ibrahim Al-­Khalifa connaît l’organisation internationale sur le bout des doigts, puisqu’il en occupe l’un des postes de vice-­présidents.

    Lire aussi : Tout comprendre à la FIFA, au cœur d’un vaste scandale

    • ­Vient ensuite l’ancien bras droit de Michel Platini, le Suisse Gianni Infantino, 45 ans,
    • numéro 2 de la Confédération européenne de football (UEFA), candidat soutenu par
    • l’Europe, la Confédération sud­-américaine de football (Conmebol) et sept pays au sein
    • de la Confédération d’Amérique du Nord, centrale et des Caraïbes (Concacaf).
       
    • ­Le prince Ali ben Al-­Hussein , 40 ans, joue, lui, le rôle du challenger. Vice-­président de la
    • FIFA depuis 2011, le Jordanien a atteint le deuxième tour de la précédente élection du 29
    • mai 2015, avant d’abandonner face à Sepp Blatter.
       
    • ­Le candidat français Jérôme Champagne, 57 ans, a peu de chances d’être élu. Cet ancien diplomate, proche de Sepp Blatter, a passé onze ans à la FIFA, où il a été longtemps chargé
    • des relations internationales. Il connaît donc parfaitement les 209 fédérations qui la composent, mais souffre toutefois d’un déficit de notoriété.
       
    • ­Arrive enfin Tokyo Sexwale, 62 ans, homme d’affaires charismatique sud-africain qui a combattu au côté de Nelson Mandela contre l’apartheid, avec qui il a partagé sa cellule sur Robben Island. Il ne bénéficie pourtant pas du soutien de la Confédération africaine de
    • football (CAF).

    Tournées africaines

    Le continent africain fait figure de poids lourd dans ces

    élections : la CAF compte 54 fédérations nationales, et

    dispose donc du plus gros réservoir de voix au congrès

    de la FIFA, devant l’UEFA (53, Gibraltar n’étant pas reconnu

    par la FIFA) et l’Asie (46). Lors de son comité exécutif de Kigali

    ( Rwanda), la Confédération a apporté son soutien au cheikh Salman, qui s’avance donc avec un sérieux atout.

    Le cheikh avait mis toutes les de son côté en faisant campagne une centaine de jours en Afrique.

    Et sa tournée africaine s’est avérée fructueuse, puisque, vendredi 15 janvier, le patron de l’AFC avait déjà signé un protocole d’entente et d’échange avec la CAF, dirigée par le Camerounais Issa Hayatou (69 ans), actuellement président intérimaire de la FIFA...

    Lire aussi : FIFA : « Ma conscience et Dieu sont mes seuls juges »

    Pourtant, Gianni Infantino, qui a lui aussi réalisé une tournée pour convaincre les fédérations africaines de se rallier à sa cause, a semé le doute à son retour d’Afrique du Sud. « Je pense que j’aurai du succès en Afrique [lors de l’élection de vendredi]. J’ai visité beaucoup de pays et rencontré des gens influents. Je pense obtenir plus de la moitié des votes car j’ai quelque chose

    de concret à offrir au continent », a assuré le candidat européen.

    Romain Daveau

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    FC Barcelone : le magnifique hommage de

    Lionel Messi à Luis Suarez et Neymar

    LIEN

    FOOTBALL : FC Barcelone vs AS Rome - Ligue des Champions -  24/11/2015
     

    Auteur d’un doublé hier soir contre Arsenal, le génie du FC Barcelone

    Lionel Messi a redit à quel point il aimait jouer aux côtés de Luis Suarez et Neymar.

    Depuis presque deux ans, la MSN fait des ravages en Espagne et en Europe. Hier encore, sur la pelouse d’Arsenal, un une-deux géant entre Neymar et Luis Suarez s’est conclu par un caviar pour Lionel Messi, qui a ouvert le score. « La Pulga » a ensuite doublé la mise sur pénalty, assurant quasiment la qualification du FCB pour les quarts de finale.

    « C’est merveilleux de jouer avec eux deux« 

    Après la rencontre, Lionel Messi a été interrogé par l’UEFA sur sa relation avec ses acolytes de l’attaque. Et quand on connaît la langue de bois de l’Argentin, les mots qu’il a prononcés ont valeur d’hommage : « Nous avons ouvert le score sur un contre très rapide, c’est ainsi que nous aimons jouer, avec des espaces ouverts. Neymar me la donne bien et je marque. C’est merveilleux de jouer avec eux deux. Nous nous entendons très bien sur comme en dehors du terrain. Nous sommes vraiment des amis et c’est très important car cela nous permet de pratiquer ensuite ce type de football ».

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique