• Panoramic

    Avec Messi et Suarez, le Barça poursuit

    sa préparation en s'offrant le Celtic (3-1)

    Mis à jourIl y a 6 heures

    Publiéle 30/07/2016 à 21:03           LIEN

    Dans cet article
    Celtic Glasgow
    FC Barcelone

    MATCHES AMICAUX - Le FC Barcelone a pris le meilleur sur le Celtic (3-1) lors d'un match amical disputé à Dublin dans le cadre de l'International Champions Cup. Arda Turan, Munir El Haddadi et Efe Ambrose contre son camp ont donné la victoire au club catalan, qui alignait au coup d'envoi Lionel Messi et Luis Suarez.

    Le Barça n'a pas eu à forcer son talent. Les Catalans ont facilement disposé du Celtic samedi, à Dublin, lors d'un match amical comptant pour l'International Champions Cup (3-1). Tout est allé très vite dans cette rencontre, les buts ayant tous été inscrits au cours d'une première période très animée. Rien d'illogique puisque Luis Enrique avait choisi de démarrer avec quelques-uns de ses titulaires, dont Luis Suarez et Lionel Messi. Idem du côté de la formation écossaise entraînée par Brendan Rodgers.

    [FULL-TIME]@celticfc V @FCBarcelona (1-3)
    ⚽️ Arda (11'), Ambrose (31' og), Munir (41') | Griffiths (29')

    Un Barça déjà en jambes

    Annoncé sur le départ, Arda Turan a rapidement ouvert le score d'une superbe frappe enroulée consécutive à un débordement d'Aleix Vidal (1-0, 11e). Dominés dans tous les secteurs, les Ecossais ont malgré tout réussi à égaliser peu avant la demi-heure de jeu. En voulant relancer proprement dans sa surface, le jeune José Antonio Martinez a manqué son contrôle non loin de ses six mètres, laissant Leigh Griffiths marquer dans le but vide (1-1, 29e).

    Deux minutes plus tard, alors qu'il était seul, Efe Ambrose a rendu la pareille au Barça en trompant son propre gardien à la suite d'un centre de Juan Camara (2-1, 31e). Largement supérieurs, les hommes de Luis Enrique ont conclu les 45 premières minutes par une nouvelle réalisation. Bien servi par Lionel Messi, Luis Suarez, particulièrement remuant sur le front de l'attaque, a réussi à trouver Munir El Haddadi, qui s'est chargé de terminer le mouvement collectif à bout portant (3-1, 41e).

    02:05
    International Champions Cup - Barcelone bat le Celtic avant la pause - Perform
     
     

    Les très nombreux changements effectués par les deux entraîneurs ont ensuite fait perdre en qualité la partie. Accroché dans la semaine sur la pelouse d'Astana pour le compte du troisième tour préliminaire aller de Ligue des champions (1-1), le Celtic ne s'est pas vraiment rassuré avant le retour qui aura lieu mercredi prochain. Le Barça a lui semblé déjà bien en jambes, à l'image de ses stars, qui ont montent en puissance durant cette phase de préparation.

    Celtic manager Brendan Rodgers speaking after today's game v @FCBarcelona : "Great education playing Barca." (MD)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Comment rendre le Tour de France

    passionnant à nouveau

    Publication: 24/07/2016 17h17 CEST Mis à jour: il y a 3 heures
     
    TOUR DE FRANCE

     

     

     

     

    SPORT - Le Tour de l'ennui. Certes les suiveurs auront applaudi Chris Froome lors de sa victoire roublarde à Montpellier. Ils se seront amusés de la flamme rouge s'effondrant sur Adam Yates et interrogé devant un maillot jaune courant dans la montagne dans un état second. Mais dans l'ensemble, cette 103ème édition de la Grande Boucle fut un lent spectacle de monotonie.

    Seul rayon de soleil? La victoire fantastique de Romain Bardet à Saint-Jean-de-Maurienne. Sans chauvinisme déplacé, l'Auvergnat de l'équipe AG2R a été le seul favori à faire preuve de panache, en attaquant au pied du dernier col de l'étape dans une descente rendue très délicate par les fortes pluies. Résultat, il devient le dauphin de Chris Froome ce dimanche 24 juillet alors que l'ultime étape s'est terminée comme prévu sur un sprint massif.

    Alpes, Massif Central, Pyrénées, même constat. Le peloton est resté figé dans un schéma de course dont il ne sait plus s'extraire. Celle d'une échappée prenant le large et d'un groupe de favoris compact, grimpant à la même allure. Laissant ainsi le champ libre au maillot jaune.

    Le train "Sky", indécrochable

    Finies les grandes bagarres, les coups de bluffs et les retournements de situations. Comment expliquer une telle inertie de la part des favoris? La première raison se trouve du côté de la "Sky", l'équipe archi-dominatrice de Chris Froome. Depuis 2012 et la victoire de Bradley Wiggins le train noir règne sans partage sur les routes du Tour. Avec toujours le même schéma, celui d'un leader incontesté assisté d'un fidèle lieutenant et d'une équipe soudée... et très très forte.

    En plusieurs points, l'équipe de Froome ressemble à l'armada "US Postal" de l'aire Armstrong. Capable d’attirer les leaders d’équipes adverses pour les mettre au service d'un seul homme en juillet. "Nous sommes cinq coureurs ayant gagné de grandes courses et sacrifiant ici nos ambitions personnelles pour la victoire de Chris", expliquait par exemple le dévoué Geraint Thomas, pourtant vainqueur de Paris-Nice en mars dernier. Bref, l'équipe est au Tour ce que le PSG est à la ligue 1, un leader ultra-dominateur et étouffant.

    Sky est au ce que le PSG est à la Ligue 1 http://bit.ly/2ahwotq  par @JeuneGuillou

    Photo published for Sky est au Tour de France ce que le PSG est à la Ligue 1

    Sky est au Tour de France ce que le PSG est à la Ligue 1

    L’équipe de Christopher Froome a fait main basse sur la Grande Boucle. Au point de tuer tout intérêt sportif.

    lemonde.fr

    Des favoris à la peine

    Une domination totale qui n'incite pas les autres favoris à l'attaque. Beaucoup d'entre eux s'intéressaient plus à défendre leur place dans le top 10 -une nécessité pour les sponsors et les classements de fin de saison- que pour renverser le solide leader. Le "vélo s
    Cyclisme - Tour de France : Barguil «Il faisait... par lequipespectacle", le "vélo champagne" qui est revenu dans d’autres épreuves comme le Critérium du Dauphiné, ne se pratique pas dans le Tour. Les enjeux sont trop importants.

    "Certains sont là, ils sont contents et voilà. Je me suis mis directement à rouler devant. Contador ne voulait pas trop rouler. Keldermann, lui, ne roule jamais de toute façon, c’est un attentiste. Des mecs comme ça, ça m’énerve", déclarait par exemple le grimpeur français Warren Barguil après la première semaine de course


    Cyclisme - Tour de France : Barguil «Il faisait... par lequipe

    En ce sens, Alberto Contador ou Vincenzo Nibali auraient tout tenté. Les deux champions ne goûtent pas spécialement aux places d'honneurs et ont pour habitude de courir pour le titre, quitte à tout perdre. Seulement l'Espagnol a dû abandonner après une chute et l'Italien -vainqueur du Giro quelques semaines auparavant- n'était pas au mieux physiquement et n'a rien pu faire face à Froome.

    La fin du dopage

    Les autres étaient visiblement trop fatigués pour s'attaquer au mur "Sky". Le jeune coureur colombien, Nairo Quintana, grand favori aux côtés du leader Sky - que l'on disait aérien en montagne - a été particulièrement décevant dans son inaction.

    Cette inertie peut se révéler encourageante sur le plan de la lutte contre le dopage. Aucun signe de performance grotesque à l'image par exemple de la renaissance de Floyd Landis dans le col de Joux-Plane après sa défaillance dans la Toussuire en 2006.

    Qu'on le veuille ou non, si la généralisation du dopage continue de faiblir comme depuis quelques années maintenant, il faudra se faire à la raréfaction des attaques. Libération révèle d'ailleurs que plusieurs acteurs du peloton proposent ce dilemme, micro fermé: "Entre spectacle échevelé et course à l’eau claire, il faudra choisir."

    Alors, comment retrouver la flamme? Deux pistes...

    Réglementer le "cyclism business"

    "Sky est au Tour de France ce que le PSG est à la Ligue 1", écrivait donc Le Monde vendredi 22 juillet. Comme le quotidien l'explique, "l'argent revient souvent au premier rang des arguments pour expliquer la supériorité de la formation de Brailsford". Évalue à 35 millions d’euros, le budget du train noir serait deux fois supérieur à celui de l’équipe Movistar de Nairo Quintana, et le triple d'AG2R de Romain Bardet.

    Dès lors, avec une telle puissance financière, il est plus facile d'attirer les meilleurs coureurs dans sa formation pour régner en maître sur les routes de la Grande Boucle. Alors pour remédier à cela, et ajouter un peu plus de suspens, certains imaginent une réglementation du "cyclism business".

    Une révolution très vite éteinte par le mode de financement du cyclisme. Prenons l'exemple d'Alberto Contador, qui touche entre quatre et cinq millions d'euros par an. Plus de la moitié de son salaire est payé par son équipementier Specialized, qui est aussi son sponsor. Dès lors, il devient délicat de réglementer les budgets de certaines formations, qui s'arrangeraient pour nouer des partenariats avec d'autres marques.

    Et quoi qu'il en soit, le monde du vélo a besoin de ses sponsors pour exister. Si l'on encadre ces sommes, certains sponsors pourraient décider de se retirer du peloton, laissant une cinquantaine de coureur sur le carreau.

    Supprimer les barrières technologiques

    C'est une question récurrente dans le monde du vélo. "Le cyclisme est devenu un sport qui se prédit, plus un sport de risque. Mais c’est toute la société qui a évolué dans cette direction" expliquait Bernard Thévenet, le double lauréat du Tour de France à Libération le 17 juillet.

    "Maintenant, les coureurs ont sous les yeux leurs capteurs qui leur donnent leur puissance instantanée. Ils savent à quel moment ils sont en train de produire leur effort maximum, et ils peuvent se décourager. A notre époque, nous ne savions rien, alors nous roulions jusqu’à l’épuisement"

    C'est notamment la question de l'oreillette qui se pose. Si elle est utile pour les consignes de sécurité - quand un idiot déverse des clous sur la route par exemple - elle peut s'avérer néfaste pour le spectacle. Preuve en est, les mots de Romain Bardet après sa magnifique victoire lors de la 19ème étape: "quand on nous disait de freiner dans la descente, avec Mika, on a enlevé l'oreillette, on a fait ce qu'on avait à faire", expliquait-il.

    En somme, si l'Auvergnat avait écouté les consignes de son directeur sportif, il n'aurait pas gagné l'étape et ne serait pas le dauphin de Christopher Froome, aujourd’hui, sur les Champs-Elysées.

    Fin d'une semaine alpestre unique. Paris ma jolie, nous voici 
	</div><div id=Google Bookmarks


    votre commentaire
  • Officiel : le Barça se sépare déjà d’Alen Halilovic !

    Alen Halilovic quitte déjà le FC Barcelone. Ne pouvant s'imposer au sein d'un effectif blaugrana pléthorique dans l'entrejeu, la perle croate file en Bundesliga, du côté de Hambourg. Mais le FCB n'a visiblement pas fait une croix définitive sur le prodige, si l'on se fie aux détails de l'accord signé ce jour.

     

     

    Halilovic quitte le Barça Halilovic quitte le Barça ©Maxppp
    Barça B : le petit bijou d'Alen Halilovic ! par evidenceprod

    Arrivé au FC Barcelone à l’été 2014, Alen Halilovic avait sur le papier tout de la bonne trouvaille pour le club catalan. Précédé d’une excellente réputation dans sa Croatie natale, celui que beaucoup comparaient à Ivan Rakitic avait d’ailleurs une occasion en or d’apprendre aux côtés de son modèle en rejoignant le club blaugrana. Seulement, deux ans après son arrivée, l’heure du départ a d’ores et déjà sonné pour le jeune homme de 20 ans, officiellement transféré à Hambourg.

    « Le FC Barcelone et le Hambourg SV ont conclu un accord pour le transfert du joueur Alen Halilovic pour 5 M€. Le FC Barcelone s’est réservé un droit de rachat durant les deux premières années du contrat du joueur pour un montant de 10 M€ et un option prioritaire en cas de possible futur transfert du joueur », indique l’écurie blaugrana dans un communiqué paru il y a tout juste quelques minutes sur son site officiel.

    Après une première saison au sein de la réserve catalane (30 matches, 4 buts), le métronome avait déjà tenté l’aventure ailleurs la saison dernière, prêté le temps d’un exercice du côté du Sporting Gijon, formation avec laquelle il a trouvé le chemin des filets à 5 reprises en 37 rencontres. Des prestations cependant insuffisantes pour convaincre le Barça de miser à court terme sur lui, et c’est donc à Hambourg que l’international croate (8 capes) va tenter de franchir un cap.

    
	</div><div id=Google Bookmarks


    votre commentaire
  • Panoramic

    Liga : Real Sociedad-Real Madrid et Barça-Betis pour commencer, le Clasico le 4 décembre

    Mis à jouril y a 1 heure

    Publiéle 15/07/2016 à 17:38

    Article de Eurosport   LIEN

    LIGA – La 1re journée verra le Real Madrid effectuer un déplacement difficile à Anoeta pour défier la Real Sociedad. Le FC Barcelone débutera pour sa part à domicile face au Betis Séville. L'Atlético Madrid recevra le promu Alavès. Le premier Clasico entre le Barça et le Real aura lieu le 3 ou 4 décembre au Camp Nou, le deuxième à Santiago-Bernabeu le 22 ou 23 avril 2017.

    Les deux clasicos du Championnat d'Espagne 2016-2017 entre le FC Barcelone et le Real Madrid sont programmés les week-ends du 3-4 décembre 2016 et du 22-23 avril 2017, selon le calendrier de la saison à venir dévoilé vendredi par la Fédération espagnole (RFEF). Le Barça, champion en titre, recevra le Real Madrid au Camp Nou lors de la 14e journée. Puis le géant catalan se déplacera chez son grand rival madrilène, au stade Santiago-Bernabeu, à l'occasion de la 33e journée.

    Primera jornada de 2016/17:@MalagaCF - @CAOsasuna@rccelta_oficial - @CDLeganes

    ¡Primera jornada confirmada! pic.twitter.com/aIL6B1itgY

    View image on Twitter

    En ouverture de la saison, le week-end du 20-21 août, le FC Barcelone accueillera le Betis Séville. Le Real Madrid entamera lui le championnat par un voyage sur le terrain de la Real Sociedad, tandis que son voisin madrilène, l'Atletico, recevra un promu, Alaves.

    Las fechas de 2016/17 en @LaLiga
    Camp Nou: 3/4 DIC
    Bernabéu: 22/23 ABR

    Avant cela, le Séville de Sampaoli a deux Supercoupes à jouer

    Les confrontations madrilènes entre Real et Atletico sont programmées les week-ends du 19-20 novembre (12e journée), au stade Vicente-Calderon, et du 8-9 avril (31e journée), au Bernabeu. La saison 2016-2017 se conclura le 21 mai. La finale de la Coupe du Roi est elle prévue une semaine plus tard, le 27 mai 2017.

    Avant le coup d'envoi de la prochaine saison de Liga, la Supercoupe d'Espagne opposera le FC Barcelone au FC Séville les samedi 14 et mercredi 17 août. Quelques jours auparavant, le 9 août, le club sévillan, victorieux de l'Europa League, disputera la Supercoupe d'Europe face au Real Madrid, vainqueur de la Ligue des champions, à Trondheim, en Norvège.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  
    Tour de France : Froome casse son vélo dans le Ventoux, court, perd son maillot jaune
    ... et le récupère

    LE MONDE | 14.07.2016 à 17h13 • Mis à jour le 14.07.2016 à 18h28 | Par Clément Brault    LIEN

    Chris Froome continue l’étape du Ventoux en courant après une chute.

    Le final de l’ascension du mont Ventoux a donné lieu à une scène aussi inédite que surréaliste. Alors qu’il avait attaqué et distancé son principal adversaire, Nairo Quintana, Christopher Froome a été victime d’un accident avec une moto et a cassé son vélo. Il a dû courir à pied quelques mètres avant de récupérer un vélo de secours. À l’arrivée, il avait perdu son maillot jaune au profit d’Adam Yates (Orica Bike Exchange). Sauf que, une demi-heure après l’arrivée, son manageur, Dave Brailsford, a annoncé que le jury de l’épreuve avait finalement décidé de geler la position de la course au moment de l’accident.

    Le Britannique prendra donc le départ de la 13e étape, vendredi, un contre-la-montre, avec 47 secondes d’avance sur son dauphin Adama Yates et désormais une minute sur son principal adversaire, le Colombien Nairo Quintana.

    Thomas De Gendt (Lotto), lui, s’est imposé, sans contestation, au sommet du mont Ventoux, et récupère le maillot blanc à pois rouges. Il devance Serge Pauwels (Dimension Data) et Dani Navarro (Cofidis). Les trois hommes ont fait toute la course dans l’échappée du jour, qui est allée au bout, en ignorant tout de ce qui se déroulait derrière eux.

    Dans un groupe de trois, avec Richie Porte et Bauke Mollema, le maillot jaune était alors en train de briser les espoirs de ses concurrents directs jusqu’à ce fait de course. Les trois hommes heurtent la moto de France télévision, qui freine brusquement. Bauke Mollema et Richie Porte parviennent à repartir, alors que le vélo de Froome est inutilisable. Le maillot jaune décide de continuer en courant afin de ne pas perdre trop de temps avant l’arrivée de la voiture neutre, qui lui donne un autre vélo. Vélo qui n’a pas permis à Christopher Froome d’aller au bout de son effort. Il a du de nouveau en changer, à 400 mètres de la ligne d’arrivée et termine, donc, avec 1 minutes et demi de retard sur Adam Yates.

     

     
     
     
     

    Le vent pousse les échappés

    Dès les premiers kilomètres de l’étape, un groupe de treize coureurs se forme. Il profite des rafales de vent, qui désorganisent le peloton, et aborde le pied du Mont Ventoux avec une avance confortable. Parmi eux, Sylvain Chavanel, Thomas de Gendt, Dani Navarro et Serge Pauwels sont les plus à l’aise dans la montée finale et se disputent la victoire.

    Profitant aussi des rafales de vent, l’équipe Etixx Quick Step décide, à environ 100 kilomètres de l’arrivée, d’accélérer, comme la veille, afin de créer des bordures. Une stratégie payante, puisque le peloton se retrouve rapidement coupé en deux. Dans le groupe des attardés, qui comptabilise plus de 100 coureurs, Warren Barguil et Louis Meintjes, quinzième et douzième du classement général, sont les mieux placés. Ils sont accompagnés de Thibaut Pinot, le maillot à pois, ainsi que d’Arthur Vichot, le récent champion de France ou encore Peter Sagan, le confortable maillot vert, dans ce groupe qui accuse quasiment une minute de retard assez rapidement.

    Lire aussi :   Le Tour où le « corps » de Thibaut Pinot a « lâché »

    À environ 30 kilomètres de l’arrivée, une chute à l’avant du groupe maillot jaune, qui envoie au sol Simon Gerrans (Orica Bike Exchange) et trois équipiers de Christopher Froome favorise le retour du peloton des attardés. Le regroupement permet aux échappés de reprendre du champ. Ils abordent les premiers raidars du Ventoux avec plus de sept minutes de marge.

    Un Mont Ventoux raccourci mais décisif

    Cela fait onze ans qu’un Français ne s’est plus imposé un 14 juillet depuis David Moncoutié à Digne-les-Bains en 2005. Cela fait encore plus longtemps qu’un Français ne s’est plus imposé au sommet du Ventoux. Le dernier à l’avoir dompté est Richard Virenque, en 2002. Le « Mont Chauve », mont mythique dans l’histoire de la Grande Boucle, ouvrait une partie inédite de son histoire, lors de cette 12e étape, puisque l’arrivée n’était pas jugée au sommet, mais au niveau du Chalet Reynard, à six kilomètres du sommet. Le vent, toujours lui, soufflait à plus de 100 km/h au sommet, déplaçant les barrières de sécurité positionnées sur le bord de la route. Les températures, quant à elles, étaient négatives, au sommet. Amaury Sports Organisation a décidé de ne pas prendre de risques et a raccourci l’étape de six kilomètres. Et ce, d’autant plus que la deuxième moitié du Tour comporte de nombreuses autres occasions pour les grimpeurs de s’exprimer.

    Voilà pourquoi le n'ira pas au sommet du mont

     
     
     
     
     

     

    Le Ventoux amputé n’en demeure pas moins un sacré morceau, un lieu où les favoris à la victoire finale peuvent effectuer des différences. Mais cette réduction de l’étape a étalé les spectateurs sur le bord de la route sur une distance plus courte. La densité du public venu encourager les coureurs était très impressionnante. Le passage des coureurs, mais aussi des voitures suiveuses et des motos, est rendu extrêmement compliqué. C’est certainement ce qui explique l’incident qui a emporté le maillot jaune à terre.

    Selon l’Union cycliste internationale, « pour être classé, tout coureur démonté peut terminer le parcours en portant, traînant, ou roulant sa machine, sans le secours de quiconque ». Le coureur sera classé s’il est en possession de son vélo. Autrement dit, Christopher Fromme n’aurait pas pu rejoindre la ligne d’arrivée sans son vélo, mais son idée de courir avant d’être rattrapé par la voiture neutre lui a permis de ne pas perdre trop d

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Basket

    TQO (Hommes) Les Bleus iront à Rio !

    Le 10/07/2016 à 16:44:00   LIEN
     
    L'équipe de France a décroché le dernier billet pour les JO de Rio grâce à sa victoire sur le Canada en finale du TQO de Manille (83-74). Tony Parker s'est montré décisif dans les dernières minutes d'un match étouffant.
     
     
    Basket - TQO (H) - Nando De Colo et Tony Parker disputeront un dernier tournoi ensemble à Rio. (Boué/L'Equipe)

    Nando De Colo et Tony Parker disputeront un dernier tournoi ensemble à Rio. (Boué/L'Equipe)

    LE MATCH

    On peut passer trente-deux minutes consécutives sans être mené, de la huitième à la quarantième, et ne jamais se sentir à l'aise une seule seconde. Telle a été l'histoire de cette finale à enjeu maximal, avec un seul billet à distribuer pour les JO de Rio (5-20 août), où les Français ont creusé plusieurs fois l'écart mais où les Canadiens ont su revenir à distance raisonnable plusieurs fois.

    En terme de jeu, cette rencontre a été telle que prévu avec du jeu rapide, plus en tout cas qu'en demi-finale face à la Turquie, des prises d'initiative individuelles et un suspense épais. Les Bleus, guidés comme d'habitude par un Nando de Colo très efficace, y ont pris un premier ascendant sur un 15-3 en fin de premier quart-temps (30-23, 10e). Mais les Canadiens l'ont effacé dans le deuxième (34-34, 18e).


    Les Français ont de nouveau accéléré dès la reprise après la mi-temps grâce notamment à la défense agressive de Charles Kahudi, envoyé au feu à la place de Nicolas Batum (48-38, 24e). Mais les Canadiens ont encore recollé à une possession (50-47, 28e) sur une des rares actions positives du champion NBA Tristan Thompson (4 points, 5 rebonds).

    Rebelotte dans le dernier quart-temps : après être remontée à +8 (67-59, 35e), l'équipe de France a de nouveau été chatouillée par le capitaine Cory Joseph et ses équipiers (67-64, 37e). C'est à ce moment que Tony Parker est sorti de sa boite, enchaînant un panier plus faute puis un trois points (73-66, 38e). Cette fois, les Canadiens ne s'en sont pas remis.
    9 Ce sera la neuvième fois que l'équipe de France masculine, qui rejoint la bande de Céline Dumerc à Rio de Janeiro, participe aux Jeux Olympiques. Depuis 1956 et 1960, les Bleus n'y avaient plus été présents deux fois de suite.
    X.C.  

    INFOS

    CANADA (CAN)
    CANADA (CAN)
    Dernier match : Sam. 9/07 CANADA / NOUVELLE-ZELANDE
    Prochain match : Sam. 6/08 CHINE / CANADA
    France (FRA)
    France (FRA)
    Dernier match : Sam. 9/07 FRANCE / TURQUIE
    Prochain match : Sam. 6/08 TURQUIE / FRANCE
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    GP de Grande-Bretagne: Hamilton, une "pole" de dernière minute, à domicile

    Le pilote Mercedes-AMG Lewis Hamilton auteur de la pole position au GP de Grande-Bretagne, le 9 juillet 2016 sur le circuit de Silverstone / AFP

    Le pilote Mercedes-AMG Lewis Hamilton auteur de la pole position au GP de Grande-Bretagne, le 9 juillet 2016 sur le circuit de Silverstone / AFP

    Le Britannique Lewis Hamilton (Mercedes), triple champion du monde de Formule 1, partira en pole position pour le Grand Prix de Grande-Bretagne, dimanche à Silverstone, après avoir réussi le meilleur temps samedi à la dernière minute des qualifications.

    "J'avais beaucoup de pression sur le dernier tour, j'attendais dans mon stand et je savais que je ne pouvais pas laisser les gars tomber, comme au tour précédent. J'aime ressentir cette pression et j'y suis habitué depuis le début de ma carrière, donc ça me plaît", a expliqué Hamilton après sa 55e pole position en F1.

    Hamilton a déjà gagné trois fois à Silverstone, comme Nigel Mansell et aussi Jim Clark, trois fois d'affilée, dans les années 60. Il a devancé son coéquipier Nico Rosberg et les deux pilotes Red Bull, Max Verstappen et Daniel Ricciardo, grâce à un dernier tour lancé en 1 min 29 sec et 287/1000, en toute fin de séance. Soit sa 6e pole de la saison, en dix "qualifs".

    "Les fans ici me donnent énormément de motivation. Je ressens toute l'énergie que me donnent tous ces gens depuis jeudi. Il n'y a jamais eu autant de monde dans les tribunes, et je vois très bien les drapeaux dans chaque virage. Ca me rappelle quand j'étais petit et quand je regardais courir Nigel Mansell à Silverstone. C'est tout ça qui m'a permis de faire ce tour", a-t-il ajouté.

    Le premier tour lancé d'Hamilton en Q3, au début de la dernière portion des qualifications, a été effacé car il était sorti brièvement des limites de la piste au virage 9 (Copse). C'est l'un des trois virages, avec le 15 (Stowe) et le 18 (Club), identifié par la direction de course comme faisant l'objet de "zéro tolérance", en raison de l'avantage procuré par un passage hors-piste.

    F1 : Grand Prix de Grande-Bretagne / AFP

    F1 : Grand Prix de Grande-Bretagne / AFP

    L'Anglais de Stevenage, tout près de Silverstone, s'est bien rattrapé quelques minutes plus tard en améliorant de trois dixièmes le meilleur chrono de Rosberg, toujours leader du championnat avec 11 points d'avance sur lui.

    "Je n'étais pas dans un bon jour, Lewis a fait du bon boulot, donc bravo à lui", a dit Rosberg, très calme, en conférence de presse. Les pilotes Mercedes doivent suivre à partir de dimanche de nouvelles "règles d'engagement" décidées par leurs responsables, pour éviter un accrochage sur la piste, comme il y a une semaine au Grand Prix d'Autriche.

    - Red Bull devant Ferrari -

    Lewis Hamilton (Mercedes), lors des qualifications pour le GP de Grande-Bretagne, le 9 juillet 2016 sur le circuit de Silverstone / AFP

    Lewis Hamilton (Mercedes), lors des qualifications pour le GP de Grande-Bretagne, le 9 juillet 2016 sur le circuit de Silverstone / AFP

    "On va se battre sur la piste, comme nous l'avons toujours fait. Nous savons très bien ce qui nous a été dit au début du week-end, nous en sommes parfaitement conscients, donc on y pensera forcément, ce sera quelque part dans un coin de notre cerveau. Mais ça ne veut pas dire qu'on ne va pas continuer à attaquer le plus possible, comme d'habitude", a annoncé Hamilton. Et on peut lui faire confiance pour ne pas changer ses habitudes.

    Sebastian Vettel (Ferrari), auteur du 6e chrono, sera pénalisé de cinq places pour un changement de boîte de vitesses et partira de la 11e place sur la grille. Son coéquipier Kimi Räikkönen, dont le contrat a été prolongé cette semaine, sera sur la 3e ligne, derrière les deux Mercedes et donc les deux Red Bull à moteur Renault (badgé TAG-Heuer).

    C'est le meilleur résultat en qualifications de la carrière de Verstappen Jr, 18 ans, vainqueur à Barcelone en mai. Et c'est la première fois qu'il réussit à faire mieux que Ricciardo en qualifications. Les monoplaces de Milton Keynes seront mieux placées que les Ferrari pour viser un nouveau podium dimanche. "Notre but, c'est de marquer des gros points pour rejoindre Ferrari au championnat", a résumé Verstappen.

    F1 : Grand Prix de Grande-Bretagne / AFP

    F1 : Grand Prix de Grande-Bretagne / AFP

    Le double champion du monde Fernando Alonso (McLaren-Honda) a réussi à se hisser en Q3, dans le Top 10 de cette séance, mais son meilleur temps a été effacé pour un passage hors-piste au virage 15. Il partira sur la 5e ligne avec l'ambition de montrer, comme Jenson Button en Autriche (6e), que McLaren est en train de remonter la pente, lentement mais sûrement.

    afp
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Juste pour Castagnette et Jean Tartre et tous les amis portugais ...tongue

    Portugal : Ricardo Quaresma demande de l'aide aux fans avant la finale contre la France

    Le 09/07/2016 à 17:44:00 | Mis à jour le 09/07/2016 à 17:55:57     LIEN
     
    Avant la finale de l'Euro contre la France, Ricardo Quaresma lance un appel aux supporters : il exhorte les fans à se mobiliser et soutenir la sélection portugaise.
     
    Football - Euro - Ricardo Quaresma durant le dernier entraînement des Portugais. (Regis Devignau/Reuters)

    Ricardo Quaresma durant le dernier entraînement des Portugais. (Regis Devignau/Reuters)

    Remplaçant durant cet Euro, Ricardo Quaresma aimerait terminer la compétition en soulevant le trophée, dimanche soir, face à la France. L’attaquant sait que la sélection portugaise aura besoin de tous ses supporters pour renverser les Bleus. Il a donc lancé un appel sur son blog. «Le moment est venu de vous demander plus (...) de vous demander de l'aide, écrit-il. Je sais que beaucoup ont mis des drapeaux sur les fenêtres, mais le moment est venu de demander encore plus.»«Nous aimerions voir les couleurs du Portugal sur vos profils, nous aimerions voir les sourires d'une nation motivée, parce que tous ensemble nous sommes plus qu'un pays»
    «Nous ici, lorsque ce sera possible, nous allons jeter un coup d'œil sur ce que vous dites sur les réseaux sociaux et nous aimerions que vous nous motiviez. Que vous écriviez et partagiez votre soutien ou votre désir... Nous voudrions sentir encore plus fort votre force», exhorte le joueur du Besiktas.

    «Nous aimerions voir les couleurs du Portugal sur vos profils, nous aimerions voir les sourires d'une nation motivée, parce que tous ensemble nous sommes plus qu'un pays (...), nous sommes un peuple ! Nous sommes le Portugal! C'est le moment.»
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Tour de France : Froome en jaune, Pinot et Contador décrochés

    Le Monde.fr avec AFP | 09.07.2016 à 17h28 • Mis à jour le 09.07.2016 à 18h33

    Chris Froome à l’arrivée à Bagneres-de-Luchon.

    Le Britannique Christopher Froome a remporté en solitaire, samedi 9 juillet, à Bagnères-de-Luchon, la 8e étape du Tour de France et s’est emparé du maillot jaune. Il devance sur le podium du classement général Sagan et Majka. Par rapport à son rival direct, le Colombien Nairo Quintana, le vainqueur sortant du Tour a grignoté au total 23 secondes, bonification incluse.

    A peine la tête de la course avait basculé en haut du col de Peyresourde, la dernière des quatres ascensions pyrénéennes, que le vainqueur de l’édition 2015 de la Grande boucle plaçait une attaque inattendue et dévalait à toute vitesse la pente vers la station de la Haute-Garonne. Il s’agit de la cinquième victoire britannique sur cette édition du Tour de France (trois victoires de Cavendish et une de Stephen Cummings).

    Pinot et Contador décrochés

    Le détenteur du maillot jaune au départ de Pau, le Belge Greg Van Avermaet, n’a pas résisté à cette première étape dans les Pyrénnées. Alberto Contador, décroché dans la dernière difficulté du jour, semble devoir abandonner tout espoir pour le classement général final.

    Pour sa part, Thibaut Pinot, au lendemain de sa contre-performance d’Aspin, s’est lancé dans une échappée qui s’est prolongée sur quelque 70 kilomètres. Mais le peloton, mené par les équipiers de Froome, n’a laissé aucune chance au trio, repris dans la montée d’Azet. Pinot, qui n’a pu endosser le maillot à pois du meilleur grimpeur, a été distancé ensuite. Surtout, il a définitivement perdu toute chance pour le classement général, son objectif au départ.

    L’étape a vu le premier abandon de la course : le Danois Michael Morkov, de l’équipe Katusha, blessé dans une chute survenue en début de Tour, a jeté l’éponge. Il occupait la 198e et dernière place du classement, à plus d’une heure et demie du maillot jaune. Dans l’histoire du Tour, jamais le premier abandon n’était intervenu aussi tard, après plus d’une semaine de course.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Messi en contact avec Chelsea

     

     
     
    (Reuters)
    Par François Kulawik
     
    Publié le 7 juillet 2016 à 08h10 Mis à jour le 7 juillet 2016 à 10h27LIEN

    Toujours bien décidé à recruter Lionel Messi, Roman Abramovitch aurait récemment rencontré le père de l’Argentin afin de discuter de son transfert.

    Ça ne coûte rien d’essayer. Lionel Messi a beau assurer à qui veut l’entendre qu’il ne compte pas bouger de Barcelone, si ce n’est pour finir sa carrière en Argentine, Chelsea n’a pas renoncé à recruter le quintuple Ballon d’or. C’est ce qu’il ressort de l’information dévoilée par le Sun ce jeudi selon laquelle Roman Abramovich aurait récemment convié Jorge Messi, le père et agent du joueur, sur son yacht de luxe, L’Eclipse, afin d’évoquer le transfert de l’Argentin à Chelsea.

    L’occasion pour le propriétaire des Blues d’exposer ses arguments. Prêt à faire un chèque de 130 millions d’euros au Barça pour le recruter, ce qui ferait de Messi le joueur le plus cher de l’histoire, Abramovich aurait promis un salaire annuel de quelques 36 millions d’euros. Là aussi un record en la matière.

    Mais Chelsea n’est pas le seul mastodonte anglais à rêver de Lionel Messi. Manchester City espère en effet toujours offrir à Pep Guardiola des retrouvailles majuscules avec son ancien joueur. Et les dirigeants des Citizens se seraient eux aussi entretenus avec l’entourage de l’attaquant barcelonais... Les chiffres avancés par le tabloïd anglais sont d'ailleurs encore plus démesurés. Cette fois, c’est en effet un salaire annuel de 49 millions d’euros que serait prêt à payer le club mancunien.

    Et à en croire le Sun, ces chiffres démesurés couplés aux problèmes de l’Argentin avec la justice espagnole et à la récente prolongation de Neymar, devenu le joueur le mieux payé du vestiaire catalan selon son agent, pourraient finir par faire changer d’avis l’icône du Barça…

    Réagissez à cet article

    Inscrivez-vous ou identifiez-vous pour réagir à cet article

     
     
     
     

    Notes Ligue 1

    Résultats football

    Top 5 news
     
     
     
     
     

    Parlons sports

    • BibiKhan
      sur Les 5 raisons de croire à une victoire des Bleus

      Et puis DD a l'expérience lui, et quelle expérience ! La France a un super entraîneur, au sens propre. Avec Deschamps, je suis raisonnablement optimiste, je pense sincèrement que c'est du 60-40 pour nous puisque c'est au Vélodrome que ça se joue, avec l'ambiance qu'on connaît...

    • BibiKhan
      sur Les 5 raisons de croire à une victoire des Bleus

      Ce qui EST tout aussi faux...

    • s_o_n
      sur Les 5 raisons de croire à une victoire des Bleus

      Pogba a aussi fait une finale de LdC il me semble.

    • BibiKhan
      sur Les 5 raisons de croire à une victoire des Bleus

      Ce qui tout aussi faux c'est que "la France a tout à perdre" ce soir. Non, la France AVAIT tout à perdre avant ce soir. Ce soir, elle a tout à gagner au contraire puisqu'elle rencontre ce qui se fait de mieux, en l'occurrence l'Allemagne avec l'histoire qu'on connaît. Ce sont ces derniers qui ont "tout à perdre"... Si les Bleus les battent, ils seront des héros, s'ils perdent, ce sera considéré comme "normal", "fatal", "écrit", et, avec le recul, on dira que demi-finaliste à l'Euro, c'est un bon résultat, surtout contre le vainqueur...

    Parier sans risque avec Betclic :
    100€ offerts !

    Rejoignez Betclic, le site leader des paris sportifs en France. Un bonus de 100€ est offert à tout nouveau joueur : profitez-en pour parier sur le sport (football, tennis, rugby, basket), sur la compétition et le match de votre choix !

    • Shopping

      Soldes, réductions exceptionnelles: retrouvez les plus belles offres shopping du moment.

    • Assurance auto

      Comparez 78 offres d'assurance pour auto

    • Mobile

      Sports.fr sur votre mobile Disponible sur App Store et Google Play.

    • Newsletter Sports

      Inscrivez-vous et ne ratez plus rien de l'actu sportive !

    Les Sites Newsweb

    La Bourse, le CAC 40 et le cours des devises avec Boursier.com, le foot, la Ligue 1, le PSG, l' OM, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi avec football.fr.

    © Copyright 2015 Sports.fr. Tous droits réservés. Le Site Sports.fr est édité par Newsweb - Leader d'audience sur la cible masculine.

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique