• Syrie: Washington et Moscou s'entendent sur un plan de trêve

    Moyen-Orient

     

    Syrie: Washington et Moscou s'entendent

    sur un plan de trêve

     

    media Le secrétaire d'Etat américain John Kerry (G) et le ministre des Affaires étrangères russes Sergueï Lavrov (D) à Genève, le 9 septembre 2016.
    REUTERS/Kevin Lamarque

     

    Les chefs de la diplomatie américaine John Kerry et russe Sergueï Lavrov ont annoncé tard vendredi soir un plan pour une trêve dès la fin du week-end en Syrie, avec une coopération militaire des deux pays à la clé, après une journée marathon de négociations à Genève.

     

    Le début de la trêve coïncidera avec l'Aïd el-Adha, la principale fête musulmane, dans la nuit de dimanche à lundi, a précisé M. Kerry, qui s'exprimait aux côtés de son homologue russe Sergueï Lavrov dans la ville suisse.

    « Les Etats-Unis et la Russie annoncent un plan qui, nous l'espérons, permettra de réduire la violence » et d'ouvrir la voie « à une paix négociée et à une transition politique en Syrie », a déclaré M. Kerry. Le plan russo-américain « permet de mettre en place une coordination efficace pour lutter contre le terrorisme, avant tout à Alep, et permet de renforcer le cessez-le-feu. Tout cela crée les conditions pour un retour au processus politique », a détaillé M. Lavrov.

    Si cette trêve dure une semaine, les forces américaines accepteront de collaborer en Syrie avec l'armée russe, a indiqué M. Kerry. Cette coopération était réclamée de longue date par Moscou, alors que les Etats-Unis et la Russie soutiennent des camps opposés dans ce conflit.

    Possible coopération militaire contre EI

    L’accord prévoit, dès l’entrée en vigueur de la trêve, le retrait de l’armée syrienne et des rebelles de la route du Castello, au nord d’Alep, précise notre correspondant à Beyrouth, Paul Khalifeh. C’est par cet axe que les Nations unies projettent d’introduire l’aide humanitaire dans les quartiers Est, contrôlés par les rebelles, et assiégés de nouveau par le régime, ou les secteurs pro-gouvernementaux, à l’Ouest.

    Immédiatement après la cessation des hostilités, les agences de l’Onu commenceront à acheminer l’aide humanitaire dans plusieurs régions de Syrie.

    Le retrait du Castello s’accompagnera de l’arrêt des opérations militaires offensives au sud et à l’ouest d’Alep, théâtre de combats ininterrompus depuis maintenant deux mois.

    Après une période-test d’une semaine, l’accord de Genève prévoit la création d’un centre de coordination russo-américain pour la lutte contre le groupe Etat islamique et l’ex-front al-Nosra, considérés comme des organisations terroristes. Dans le même temps, devrait commencer le processus de séparation entre les groupes terroristes et les rebelles modérés, qui combattent souvent dans les mêmes structures, comme l’Armée de la conquête.

    Si le cessez-le-feu se confirme, les armées russe et américaine pourraient collaborer pour des actions militaires communes contre les terroristes. Il pourrait s’agir de frappes aériennes ou d’opérations au sol. La consolidation de la trêve permettra, dans une étape ultérieure, la relance du processus de négociations politiques, dont le cadre et les contours font déjà l’objet d’un accord entre les grandes puissances et les protagonistes syriens.

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :