• Un jour à Rio : de l’or pour l’aviron, les fleurettistes en finale, Riner et Andéol en demies


     

    Un jour à Rio : de l’or pour l’aviron, les fleurettistes en finale, Riner et Andéol en demies

    LE MONDE | 12.08.2016 à 17h24 • Mis à jour le 12.08.2016 à 18h30      LIEN

    Pierre Houin et Jeremie Azou, le 12 août à Rio.
    • Aviron : Houin et Azou au sommet

    Favoris de leur course en deux sans barreur poids légers, les rameurs français Jérémie Azou et Pierre Houin ont confirmé leur statut en remportant la troisième médaille d’or française de ces Jeux olympiques de Rio, vendredi 12 août en fin de matinée, après celles obtenues en équitation et au canoë-kayak. Placé sur la ligne 4, le bateau français a devancé (6 min 30 s 70) les embarcations irlandaise (6 min 31 s 23) et norvégienne (6 min 31 s 39) pour décrocher un titre olympique.

    « C’est un truc de malade ! a lancé Houin, exténué, au micro de France Télévisions. C’était une finale olympique et personne n’a rien voulu lâcher (...). On est allé au bout du bout. »

    A peine quatre mois après leur première association en Coupe du monde, Houin ayant surclassé en individuel le partenaire d’Azou depuis 2012, Stany Delayre, le pari de la Fédération française est réussi : le duo avait bel et bien l’or au bout des rames. Jérémie Azou a d’ailleurs eu une pensée pour son ex-partenaire. « C’est le troisième homme du bateau, c’est grâce à lui qu’on gagne aujourd’hui », a-t-il souligné.

    Avec cinq bateaux sur sept en finales à Rio, ce titre et la médaille de bronze du quatre sans barreur poids légers jeudi, le contrat est rempli pour la Fédération française d’aviron, qui visait deux ou trois médailles et un titre.

    Lire aussi :   JO 2016 : de l’or pour les rameurs Pierre Houin et Jérémie Azou

    • Judo : Teddy Riner en demi-finales

    La star du judo français Teddy Riner a poursuivi sa route vers un deuxième titre olympique consécutif des plus de 100 kg en se qualifiant vendredi pour les demi-finales avec une victoire en quarts contre le Brésilien Rafael Silva.

    Tout en puissance et en contrôle, Riner s’est imposé sur un waza-ari marqué à 1 min 30 s du terme du combat, douchant le public brésilien qui espérait beaucoup de son protégé. L’octuple champion du monde, invaincu depuis 2010, affrontera en demi-finales l’Israélien Or Sasson. Un combat qui sera à suivre en direct commenté sur Le Monde.fr à partir de 20 h 30.

    Lire aussi :   Rio 2016 : Teddy Riner, le terrible casse-tête des lourds (5/5)

    Lire aussi :   JO 2016 : Teddy Riner, l’homme de Rio

     

    Teddy Riner face au Brésilien Rafael Silva, le 12 août à Rio

    Chez les filles, Emilie Andéol s’est elle aussi hissée dans le dernier carré du tournoi des plus de 78 kg, après deux victoires difficiles, toutes deux acquises au golden score sur des pénalités contre ses adversaires. Elle sera opposée à la Chinoise Yu, championne du monde en titre.

    Lire aussi :   JO 2016 : un judoka égyptien refuse de serrer la main de son adversaire israélien

    • Escrime : les fleurettistes en finale

    L’équipe de France de fleuret masculin - Jérémy Cadot, Enzo Lefort et Erwann Le Pechoux - s’est qualifiée pour la finale du tournoi en disposant nettement de l’Italie (45-30), pourtant double championne olympique en titre et championne du monde en 2015.

     

    Italie-France en fleuret, le 12 août.

    Enzo Lefort a été décisif en creusant le premier écart face à Andrea Cassara grâce à un relais remporté 8-2. L’entraîneur italien a alors remplacé Cassara par l’expérimenté Andrea Baldini. Sans effet, puisqu’Erwann Le Pechoux a porté le score à 30-20 avec un relais gagné 5-0 contre ce dernier. C’est encore Le Pechoux qui a assuré la victoire française face à Daniele Garozzo, champion olympique en individuel, sous les cris des supporteurs tricolores, se demandant où étaient passés les Italiens.

    Les tricolores seront opposés à la Russie en finale.

    • Athlétisme : victoire et record du monde sur le 10 000 m femmes

    Grande favorite au départ, l’Ethiopienne Almaz Ayana a remporté la première médaille d’or en athlétisme de ces Jeux, en s’imposant sur le 10 000 m, devant la Kényane Vivian Cheruiyot et une autre Ethiopienne, Tirunesh Dibaba.

    Elle pulvérise au passage le record du monde, établissant une nouvelle marque de 29 min 17 s 45. Soit 14 secondes de mieux que la précédente référence qui remontait à 1993, établie par la Chinoise Wang Junxia (29 min 31 s 79). Une performane ahurissante, d’autant plus qu’elle a couru seule pendant la moitié de la course.

    Lire aussi :   JO 2016 : titre et record du monde pour l’Ethiopienne Almaz Ayana sur 10 000 m

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :