• Wolfsburg – OL : « Un bel ascenseur émotionnel », et les réactions d’après-match

    Olympique Lyonnais' players celebrate after winning the UEFA Women's Champions League Final football match VFL Wolfsburg vs Lyon at the Citta del Tricolore stadium in Reggio Emilia on May 26, 2016. Lyon won the final in the penalty shoot-out (4-3; 1-1)  / AFP PHOTO / GIUSEPPE CACACE
     

    Lors du sacre des Lyonnaises hier soir, l’heure était à l’émotion dans les déclarations d’après-match, et notamment pour Ada Hegerberg.

    Avec R.B, notre envoyé spécial à Reggio Emilia.

    Alors que Lotta Schelin disputait son dernier match sous les couleurs lyonnaises, sa coéquipière Ada Hegerberg a vécu elle aussi un moment particulier. En effet, la jeune buteuse norvégienne voue une grande admiration à Schelin, qui était son « idole » lorsqu’elle était petite. Après avoir ouvert le score à la 12e minute, Hegerberg est passé par tous les sentiments : « Il y a beaucoup d’émotions, c’est peut-être la plus belle journée de ma vie, s’amuse-t-elle. On a réussi à gagner le triplé, je n’ai plus les mots. Ce match était difficile, il n’y avait plus que deux minutes à jouer, et prendre un but comme ça, c’est dur mentalement. » Au cours de la séance de tirs au but, elle manque cependant la première tentative rhodanienne : « Je voulais ouvrir mon pied, mais c’était mon geste était mal fait, et j’ai eu un peu peur, explique la buteuse. Je ne réalise pas encore que nous sommes championnes, c’est incroyable, je pense qu’on pourrait se rendre compte de ce que l’on a fait dès demain. » 

    « On savait qu’on irait chercher la victoire »

    La gardienne de l’OL Sarah Bouhaddi aura elle aussi connu des émotions diverses, elle qui manque sa sortie sur l’égalisation mais qui réussi à stopper deux pénaltys : « On s’attendait à un match plus ouvert, avoue l’internationale française. Ça reste quand même une belle soirée ! Quand on voit la 88e minute et l’égalisation, on se dit, p…. qu’est-ce qui se passe ? Mais, cette année, on est devenue très fortes mentalement et on savait qu’on irait chercher la victoire, affirme-t-elle. »

    « Une explosion de joie, un accomplissement »

    Malgré cette égalisation à deux minutes du terme, les Fenottes ont tout de même réussi à faire pencher la balance de leur côté, pour la dernière d’Amandine Henry, laquelle s’exclame : « C’est une explosion de joie, un accomplissement. Je pense que même si on a eu peur, c’était écrit quelque part que nous allions gagner, et ça a été un bel ascenseur émotionnel. Personnellement, partir sur un triplé est ce dont je pouvais rêver de mieux, confie la future milieu de Portland. » Pour la capitaine Wendie Renard, les échecs de 2014 et 2015 appartiennent au passé : « C’est derrière nous, on a gagné et c’est vraiment beau. On s’est remotivées après l’égalisation, et même si on a mal démarré on a réussi à faire pencher la balance de notre côté. C’est la plus belle finale depuis 2014, plaisante-t-elle. » Comme les garçons, les filles de l’OL vont partir fêter ce triplé pendant trois jours, à Saint-Tropez.

    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :