• L'ex-maire de New York Giuliani en bonne place pour diriger la diplomatie américaine

    L'ex-maire de New York Giuliani en bonne place pour diriger la diplomatie américaine

    http://brightcove.tvasports.com.edgesuite.net/img/1741764581/201611/1348/1741764581_5211373547001_5211345840001-vs.jpg?pubId=1741764581

    Agence France-Presse

    LIEN
     
     

    Le président élu Donald Trump poursuit mardi, dans un climat tendu, des discussions délicates pour dessiner les contours de sa future administration, dans laquelle l'ancien maire de New York Rudy Giuliani est pressenti pour diriger la diplomatie américaine.

    Bien que sans mandat depuis quinze ans et dépourvu d'expérience significative sur les questions diplomatiques, l'indéfectible soutien de Donald Trump conserve aux États-Unis l'image du «maire de l'Amérique», celui qui a remis New York debout après les attentats du 11 septembre 2001 et inscrit la lutte contre le terrorisme dans les prérogatives du poste.

    «Son nom a été mentionné sérieusement en lien avec le poste de secrétaire d'État, une fonction pour laquelle il est qualifié et un travail qu'il ferait vraiment bien», a déclaré sur Fox News Kellyanne Conway, qui a dirigé la campagne de Donald Trump et reste très impliquée dans la mise en place de la future administration.

    Ancien procureur rendu célèbre par son passage à la mairie de New York (1994-2001), Rudy Giuliani, 72 ans, avait également été cité pour le poste de ministre de la Justice.

     

    Il a fait preuve d'un soutien sans faille envers Donald Trump, qu'il connaît depuis plusieurs décennies et a été pendant la campagne l'un de ses plus proches conseillers.

    Le nom du diplomate John Bolton, ancien ambassadeur des États-Unis à l'ONU et ferme partisan de l'invasion de l'Irak en 2003, a également été avancé pour diriger la diplomatie.

    Rudy Giuliani a lui-même affirmé que «John serait un excellent choix», lors d'une conférence organisée lundi par le Wall Street Journal. Mais interrogé sur une meilleure candidature, il a répondu: «Peut-être moi».

    Lors de cette conférence, il a également présenté le groupe Etat islamique comme le «plus grand danger» à «court terme» pour le monde.

    Mais signe que les tractations sont difficiles, le vice-président élu Mike Pence a quitté en fin d'après-midi la Trump Tower de Manhattan sans qu'aucune décision n'ait été annoncée sur un poste stratégique.

    Les discussions sont «à couteaux tirés», selon CNN. Elles sont même «chaotiques», assure le New York Times, citant des sources anonymes.

    Le haut conseiller de Donald Trump à la Sécurité nationale, Mike Rogers, a par ailleurs annoncé dans un communiqué mardi son départ de l'équipe de transition, assurant que son travail aura posé «des fondations solides» pour répondre «aux défis complexes» auxquels font face les États-Unis.

    Le bal des prétendants, lui, s'est poursuivi à la tour Trump, où le milliardaire populiste vit et a ses bureaux.

    Une vingtaine de personnalités ont été vues entrant dans ce bâtiment, dont l'ancienne compagne du président élu, Marla Maples, ou encore le sénateur du Texas Ted Cruz, candidat malheureux à la primaire républicaine.

    Pour le deuxième jour de suite, l'ancien dirigeant de la banque d'affaires Goldman Sachs Steve Mnuchin, pressenti pour le poste de secrétaire au Trésor, s'est aussi présenté à la Trump Tower.

    «Nous travaillons sur le programme économique (...) pour nous assurer que nous allons passer la plus grosse loi sur la fiscalité, le plus gros changement sur la fiscalité depuis (Ronald) Reagan, nous aurons donc beaucoup de choses enthousiasmantes pendant les 100 premiers jours de sa présidence», a-t-il dit aux journalistes.

    Donald Trump accède d'ailleurs à la Maison-Blanche avec une importante marge de manoeuvre, le Congrès étant contrôlé par les républicains, qui ont reconduit mardi sans surprise Paul Ryan à la tête de la Chambre des représentants.

    Dans ce contexte, plusieurs centaines de lycéens manifestaient mardi devant la Trump Tower pour dire «non au Ku Klux Klan, non aux racistes, non aux fascistes» et «montrer que le discours et les idées de Trump ne sont pas acceptables».

    À Washington également, quelques centaines de manifestants battaient le pavé jusque devant la Maison-Blanche, que Donald Trump doit investir le 20 janvier.

    Ce dernier semble tiraillé entre sa promesse de campagne de secouer l'establishment de Washington et la nécessité de s'appuyer sur une équipe de professionnels pourvus d'un bon carnet d'adresses au Congrès.

    En témoignent ses choix, dimanche, d'appointer le président du parti républicain, Reince Priebus, au poste stratégique de secrétaire général de la Maison-Blanche, et celui de nommer Steve Bannon, figure de l'extrême droite, au poste de haut conseiller.

    Donald Trump s'est par ailleurs entretenu mardi au téléphone avec son futur homologue ukrainien Petro Porochenko, qui a souligné sa volonté de «renforcer davantage le partenariat stratégique» entre leurs pays et demandé le «soutien» américain face à la Russie.

    Sur un autre front, le président syrien Bachar al-Assad a assuré que le magnat de l'immobilier serait un «allié naturel» s'il luttait contre le «terrorisme».

    Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :